Viol collectif meurtrier en Inde: 5 policiers suspendus

Publié le à NEW DELHI (IND)

Cinq policiers indiens ont été suspendus pour avoir apparemment tenté d'étouffer le cas du viol collectif d'une jeune femme ayant provoqué sa mort, une affaire qui a suscité l'indignation et d'importantes manifestations dans tout le pays.Cette jeune fille de 19 ans avait été attaquée alors qu'elle était partie chercher du fourrage près de son village de Bool Garhi dans le district de Hathras. Paralysée à la suite de ses blessures, elle est morte mardi dans un hôpital de New Delhi. La police locale a été fortement critiquée pour avoir brûlé le corps de la jeune femme au milieu de la nuit - contre la volonté de sa famille, selon celle-ci. L'indignation a encore augmenté lorsqu'un responsable de la police a affirmé que l'autopsie montrait qu'il n'y avait pas eu viol, contrairement à ce qu'indique clairement le rapport de l'hôpital. Un expert a expliqué que l'autopsie pratiquée au retour du corps de la jeune femme sur place était probablement trop tardive. La jeune fille appartenait à la classe des Dalits, autrefois appelés "intouchables", la caste la plus basse dans le système rigide des castes, toujours très présent en Inde malgré son abolition officielle en 1950. Des centaines de policiers ont également encerclé le village pour empêcher journalistes, hommes politiques et manifestants d'y accéder, et interdire à la famille tout contact extérieur. Elle leur aurait également, selon des proches, confisqué leurs téléphones portables. La police a finalement arrêté quatre hommes, appartenant à une caste plus élevée, qui ont été inculpés de viol collectif et meurtre. L'indignation suscitée par ce cas et celui d'une autre jeune femme, violée par deux hommes et décédée jeudi sur le chemin de l'hôpital, a provoqué d'importantes manifestations réclamant la protection aussi bien des femmes que des Dalits. Le chef de l'Etat de l'Uttar Pradesh, Yogi Adityanath, a annoncé vendredi soir la suspension du chef de la police locale et de quatre autres policiers. Ce moine hindou, proche du Premier ministre nationaliste hindou Narendra Modi, a également annoncé que la famille de la victime, les accusés et les policiers suspendus devraient tous passer au détecteur de mensonge et subir des tests pour vérifier qu'ils n'étaient pas drogués. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info