Violences faites aux femmes: le Royaume-Uni veut accentuer la pression sur les agresseurs

Publié le à Londres (GB)

Les victimes de violence domestique en Angleterre et au Pays de Galles auront plus de temps pour dénoncer les faits, a annoncé mercredi le ministre britannique de la Justice, désireux de "restaurer la confiance des femmes dans la justice" après des féminicides qui ont choqué le pays.Ces victimes pourront dénoncer leurs agressions jusqu'à deux ans après qu'elles se soient produites et non plus six mois. Prendre des photos ou des vidéos de femmes en train d'allaiter sans leur consentement deviendra en outre une infraction, passible d'une peine allant jusqu'à deux ans d'emprisonnement. Ces changements, applicables en Angleterre et au Pays de Galles, sont inscrits dans deux amendements à une loi sur la police, la justice et les condamnations pénales, qui sera présentée au Parlement. Ils sont introduits quelques mois après plusieurs meurtres dans l'espace public, dont celui de la Londonienne Sarah Everard par un policier, qui ont suscité une vague d'émotion et un flot de témoignages de femmes exprimant leur sentiment d'insécurité. "Au-delà des gros titres sur ces cas tragiques, l'ampleur de la violence contre les femmes et les filles est répugnante", a écrit le ministre de la Justice, Dominic Raab, dans le quotidien The Telegraph.  "Au cours des 12 mois précédant mars 2020, 1,6 million de femmes ont été victimes de violence domestique, plus de 600.000 ont été agressées sexuellement et près de 900.000 ont été harcelées. Pour beaucoup, la peur d'être seules après la tombée de la nuit, ou d'être battues dans leur propre maison, est une triste réalité quotidienne. Nous devons renverser la situation", a-t-il dit, souhaitant que la peur passe du côté des agresseurs. "Protéger les femmes et les filles, et leur donner confiance dans le système de justice pénale, est ma priorité absolue", affirme le ministre. L'an dernier, le gouvernement s'était excusé pour avoir "laissé tomber" pendant des années des "milliers" de victimes de viol, le nombre de condamnations étant au plus bas bien que le nombre de plaintes ait fortement augmenté. La nouvelle infraction qu'il souhaite créer pour protéger les femmes allaitant de voyeurisme et de harcèlement a été annoncée après une campagne de la députée travailliste Stella Creasy qui avait elle même été prise en photo donnant le sein à son bébé dans les transports publics. (Belga)
© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info