Visite américaine à Taïwan: Pékin accuse Washington de "mettre la paix en danger"

Publié le à PÉKIN (CHN)

La Chine a accusé mercredi les Etats-Unis de "mettre la paix en danger" avec l'annonce de la visite d'une délégation américaine de haut niveau dans l'île rivale de Taïwan. Pékin considère Taïwan comme l'une de ses provinces et condamne tout contact officiel entre l'île et des responsables étrangers. Or, les Etats-Unis ont annoncé mercredi que le secrétaire à la Santé Alex Azar se rendrait prochainement à Taïpei pour la visite de plus haut niveau d'un ministre américain dans l'île depuis 1979, lorsque les Etats-Unis ont rompu avec Taïpei pour reconnaître le régime rival de Pékin. Taïwan a confirmé la prochaine visite sans en spécifier la date, précisant que M. Azar rencontrerait à cette occasion la présidente Tsai Ing-wen, bête noire des dirigeants communistes chinois. "La Chine s'oppose fermement aux échanges officiels entre les Etats-Unis et Taïwan", a rappelé devant la presse le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, précisant que Pékin avait émis une protestation auprès de l'administration Trump. Washington doit éviter de "gravement porter atteinte aux relations sino-américaines ainsi qu'à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taïwan", a-t-il ajouté. L'annonce de la visite survient en période de dégradation quasi-quotidienne des relations entre Pékin et Washington, autour de sujets tels que la nouvelle loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, les droits de la minorité musulmane ouïghoure en Chine, le commerce et la technologie. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info