VW met fin à la coproduction en Russie et offre des indemnités à ses employés

Publié le à Moscow (Allemagne)

Volkswagen va offrir une indemnité de licenciement aux employés qui démissionnent de leur emploi dans une usine en Russie, a annoncé le groupe automobile jeudi.L'usine de Nijni Novgorod (à 430 km à l'est de Moscou), où VW assemblait des modèles de sa marque principale ainsi que de sa filiale Skoda jusqu'au début de l'année, appartient au groupe GAZ. Or le co-fondateur de ce groupe n'est autre que Oleg Deripaska, qui figure sur la liste des sanctions occidentales envers la Russie dans le cadre du conflit ukrainien. Une exemption temporaire avait initialement été accordée pour permettre à l'usine de fonctionner, mais elle n'a pas été prolongée, d'après un communiqué de Volkswagen diffusé jeudi. Environ 200 travailleurs sont affectés alors que le partenariat de VW avec GAZ arrive à son terme, selon un porte-parole de la firme allemande. Le quotidien russe Kommersant rapporte que les employés qui mettent fin à leur contrat avant le 17 juin se sont vu promettre six mois de salaire, tandis que ceux qui démissionnent avant le 29 juin en recevront cinq. Volkswagen possède aussi 100% d'une usine à Kaluga, à 150 kilomètres de Moscou, où la production est suspendue depuis le 3 mars en raison de problèmes d'approvisionnements liés aux sanctions. Jusqu'à présent, le groupe n'a pas annoncé de décision sur un éventuel un retrait total du marché russe. (Belga)
© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info