Wall Street finit à des niveaux records, portée par l'emploi américain

Publié le à New York

La Bourse de New York a fini la semaine à des niveaux records vendredi, soutenue par les bons chiffres de l'emploi publiés plus tôt qui ont confirmé la vigueur de la reprise de l'économie américaine.Les trois indices se sont inscrits à des niveaux historiques à la clôture. Le Dow Jones a gagné 0,44% à 34.786,35 points, le Nasdaq 0,81% à 14.639,32 points et l'indice élargi S&P 500 a signé son septième record consécutif, prenant 0,75% à 4.352,34 points. Une heure avant l'ouverture de la séance, la journée avait été favorablement orientée par la publication du rapport mensuel sur l'emploi américain. L'économie américaine a créé plus d'emplois que prévu en juin, à 850.000 postes contre 680.000 attendus par un consensus d'analystes. "La tonalité générale du rapport correspond à une réouverture rapide" à mesure que la menace de la pandémie s'éloigne, "mais non sans difficultés", a estimé Chris Low, économiste en chef de la société d'investissement FHN Financial. La légère augmentation du taux de chômage (+0,1 point à 5,9%), le fait que des millions d'anciens actifs manquent encore à l'appel du monde du travail, et les tensions sur les approvisionnements de l'industrie américaine ont atténué l'enthousiasme du marché, comme en témoigne la progression mesurée des indices. L'ensemble "a écarté toute inquiétude que le rapport n'incite la Fed à agir plus rapidement que prévu", a commenté Pat O'Hare, de Briefing.com, ce qui aurait pu être le cas si l'économie avait donné des signes de surchauffe. Pour lui, "le marché est à l'aise avec l'idée que la Fed a bien appréhendé la situation". Côté valeurs, après une séance euphorique jeudi au lendemain de son introduction en Bourse, l'application chinoise de véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) Didi Chuxing a abandonné 5,30% à 15,53 dollars. L'Autorité chinoise de surveillance de la cybersécurité a annoncé vendredi enquêter sur le groupe, qui n'aura pas le droit d'accepter de nouveaux utilisateurs avant la fin des investigations. Le fabriquant de véhicules électriques Lordstown Motors a lui aussi connu une journée difficile, après que le Wall Street Journal a fait état d'une enquête en cours du ministère de la Justice sur les activités du groupe. Déjà objet d'une enquête du régulateur américains des marchés financiers (SEC), Lordstown a perdu vendredi 10,82% pour finir à 9,23 dollars. Toujours au chapitre transport, mais spatiaux ceux-là, Virgin Galactic a bondi de 4,05% à 44,94 dollars, soutenu par l'annonce que le milliardaire britannique Richard Branson, fondateur du groupe, prévoit de s'envoler pour l'espace dès le 11 juillet, coupant l'herbe sous le pied d'un autre milliardaire, Jeff Bezos, dont le vol est programmé pour le 20 juillet. Parmi les valeurs technologiques, IBM a cédé 4,64% à 140,02 dollars, plombé par l'annonce que son numéro deux Jim Whitehurst allait quitter ses fonctions. C'est une nouvelle étape du remaniement engagé depuis début 2020 par le nouveau directeur général Arvind Krishna, qui cherche à remettre sur les rails le groupe informatique en donnant la priorité au cloud. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info