WNBA - Julie Allemand a affolé les stats pour sa 1re saison, mais sait où elle peut progresser

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

Julie Allemand va clôturer samedi sa première saison dans le championnat professionnel nord-américain de basket (WNBA) en ayant affolé quelques statistiques. "Je ne suis pourtant pas entièrement satisfaite de ma saison, mais je sais où je dois progresser", a-t-elle confié vendredi. Si Indiana Fever, 11e, ne participera pas aux playoffs, réservés aux 8 premiers, la meneuse liégeoise, 24 ans, fait en effet déjà partie de l'histoire de la WNBA, friante de statistiques et créée en 1996, l'année de naissance de Julie Allemand. Elle est en effet assurée de terminer avec une moyenne de 8.0 points par match, 4.3 rebonds et 5.4 assists. Au minimum. Aucune Rookie (joueuse qui dispute la WNBA pour la première fois) n'a en effet jamais fait mieux que 7.0 pts, 4.0 rebonds et 5 passes décisives par rencontre. Julie Allemand finira aussi sur le podium du classement particulier des passes décisives, pour l'instant deuxième derrière l'Américano-Hongroise de Chicago Sky, Courtney Vandersloot (9.6 assists par match). Citée en outre parmi les trois candidates pour le titre de Rookie de l'année, la Juprelloise ne s'attendait pas à ça, mais n'est cependant pas entièrement satisfaite de sa saison. "Je suis contente parce que ça signifie déjà quelque chose pour une première saison, c'est vrai. Mais j'aurais voulu apporter encore plus", a expliqué Julie Allemand à l'agence BELGA. "Je pense que je ne me rends pas compte encore de tout ce que j'ai pu faire au sein de l'équipe depuis mon arrivée, mais je sais aussi que je ne serai jamais complètement satisfaite parce qu'il y a tellement de matches où je suis sortie des vestiaires en me disant qu'il y avait encore beaucoup de boulot pour arriver où je veux vraiment arriver. Mais c'est bien d'en avoir conscience et de savoir où je me situe et où je dois encore progresser. À moi maintenant de réussir à transférer tout ça en équipe nationale ou même dans mes futures équipes européennes". La saison de WNBA s'est déroulée, sur deux mois et demi, sans public dans une bulle, à Bradenton en Floride, crise sanitaire oblige. Julie Allemand, avant de rejoindre l'IMG Academy, avait dû respecter une quarantaine, en France, puis à son arrivée à Indianapolis, prolongée en outre à cause de deux résultats positifs au Covid-19 au sein même de son équipe, soit 22 jours isolée. Des conditions exceptionnelles donc qui n'auront pas freiné la joueuse belge. "Je suis contente d'avoir eu le courage d'être venue. Je savais que ça allait être difficile et pourtant ça l'a été bien plus que ce que je ne pensais. Mais je suis heureuse de l'avoir fait. J'ai tellement appris et pas seulement sur un terrain de basket. C'est ça qui m'importe. Je pense avoir énormément grandi durant ces trois mois. C'est sûr que je suis un peu déçue du résultat collectif parce que l'objectif n'a pas été atteint". Julie Allemand rentrera lundi en Belgique pour profiter à peine d'une semaine de repos avant de rejoindre son nouveau club de Montpellier. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info