Blue Monday: c'est une supercherie... mais ça fait du bien de pouvoir râler !

Le Blue Monday, un jour aussi (peu) déprimant que les autres, c’est complètement surfait.

Nous voici le troisième lundi du mois de janvier. Une date charnière déterminée en 2005 par le psychologue Cliff Arnall, (soi-disant) professeur à l’Université de Cardiff, après avoir mis en rapport des paramètres comme la météo, la période post-fête, les dépenses de Noël… Et qui s’est avérée pas du tout scientifiquement établie. Simplement, le marketing d’une compagnie aérienne s’en était emparé et depuis, tous les 3es lundis de janvier sont des chats noirs.

Et même si la “supercherie” a été presque autant médiatisée que le Blue Monday, il s’avère que la “sagesse populaire” adore y croire. Une véritable étude sociologique menée sur une cohorte impressionnante de 340 000 Américains en 2012 s’est attachée à corréler jour de la semaine et humeur. Il en ressort que le vendredi est véritablement un jour où l’humeur (ou le moral) est boostée par l’arrivée du week-end, et ce chez les femmes comme chez les hommes et les actifs, les jeunes comme les retraités “, détaille le psychologue Nicolas Pinon, chargé de cours à l’UC Louvain et la HE Vinci. En revanche, du lundi au jeudi, l’humeur ne varie pas : “Les résultats ont rapporté une fluctuation égale de l’humeur, positive ou négative et une perte de plaisir globale ces 4 jours-là.”

Ce jour est aussi devenu un argument marketing pour nombre de marques qui le transforment désormais en Green Monday ou en prêchant l’évasion par le voyage…

Ceci dit, le Blue Monday aurait pu être le Ugly Thursday de jeudi dernier, journée venteuse, pluvieuse et tellement grise “qu’un canal s’est pendu”… Le mois de janvier est particulièrement. Depuis le 18 décembre et la fin de la période de froid intense connue depuis le début du mois, seul le 27 décembre témoigne d’une journée sans pluie du côté de la station d’observation d’Uccle ! Dans les prochains jours, de nouvelles pluies, parfois intenses, sont encore attendues. Et du froid humide…

Comment passer au happy tuesday, le mardi joyeux et plus globalement, quelles réponses donner face à toute cette adversité ? Selon la psychothérapeute Anne-Françoise Meulemans, il s’agit d’abord “de pratiquer l’humour, qui permet de remettre du bon sens dans cet apparent chaos. De réfléchir aussi sur la société de consommation : nous sommes devenus des êtres conditionnés à consommer de tout, à croire tout ce qui est sous nos yeux”. Et donc ne pas se laisser gagner par ce faux Blue Monday, entretenu par ceux à qui cela profite. Comme un lundi, quoi.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be