Besoin de tendresse: la journée du câlin est là pour nous faire du bien

L’être humain a besoin de tendresse. C’est ce que rappelle aujourd’hui la journée internaitonale du calin.

La journée internationale des câlins est un événement annuel qui se produit le 21 janvier. Le mouvement a été lancé aux États-Unis.
La journée internationale des câlins est un événement annuel qui se produit le 21 janvier. Le mouvement a été lancé aux États-Unis. ©Copyright (c) 2020 De Visu/Shutterstock. No use without permission.

En Europe, on n’a jamais vraiment adopté la tendance du “free hug” qui est devenu si populaire dans les pays anglo-saxons et surtout les Etats-Unis où l’on peut voir des hommes et des femmes avec un panneau affichant leur volonté de faire du bien par un petit câlin à qui en a besoin. Mais qui sont ces gens qui se laissent serrer dans les bras d’inconnus ? Cela pourrait être vous ou moi, au final d’après le Dr Véronique Lefebvre des Noëttes, spécialisée en psychiatrie, qui vient d’écrire un livre sur le pouvoir de la caresse, “La force de la caresse – Prendre soin des plus fragiles avec le cœur”, Les Ed. du Rocher).

Elle en détaille les bienfaits et comment elle se manifeste dès le plus jeune âge et évolue au fil du temps. Cette professionnelle du monde hospitalier et psychiatrique en relation depuis plus de 35 ans avec des personnes très âgées ou polypathologiques s’est rendu compte que “les gestes de soins étaient faits de plus en plus mécaniquement, sans âme, sans tendresse”. Ces actes prodigués sur des personnes qu’on ne touche plus sont vides de sens. Or, dans sa pratique, elle a pu expérimenter comment une main sur une autre, fragile, “peut aller jusqu’à apaiser des chagrins et des souffrances”. Faire qu’on se sente compris dans sa douleur et surtout sa solitude.

Sans être un être abandonné de toute tendresse, chacun a besoin de douceurs, dans ce monde incertain et dur. Surtout après les années Covid qui ont dévitalisé le lien social, mis à distance les rapports charnels, masqué le visage ! La caresse ou le câlin est pourtant un geste ancestral, explique la psychiatre, qui procure de la tendresse d’un côté, du désir de l’autre. Et tout cela est scientifiquement prouvé, comme le montre également la deuxième partie du livre.

Avec ce cri du cœur, la psychiatre veut réinscrire, par la caresse, de l’humain au cœur des soins. Avec cette journée internationale du câlin, c’est l’occasion de repenser notre rapport aux autres. Et prosaïquement d’aller au contact : un gros câlin tendre avec les enfants, une sieste coquine, un moment d’amitié avec un.e ami.e, des papouilles au chat qui ronronne, une visite et un geste vers des aïeuls qu’on voit peu et qui sont peut-être en souffrance. Ou un massage en institut pour son propre bien-être.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be