La marque de prêt-à-porter Americain Apparel fait de nouveau scandale avec sa nouvelle campagne publicitaire "Back to School" (Retour à l'école) mettant en scène de jeunes collégiennes dans des poses suggestives et connotées sexuellement.

La version britannique du compte Instagram d'American Apparel avait d'abord diffusé cette photo, déclenchant un tollé sur la Toile. De nombreux internautes ont dénoncé le caractère "pornographique" de ce cliché et l'hypersexualisation des adolescentes encouragée par cette campagne. La marque a finalement retiré ce cliché.

Ca n'est pas la première fois qu'American Apparel dont le boss, Dov Charney vient d'être limogé pour mauvaise conduite , fait scandale, ou en tout cas suscite le débat...

Retour sur quelques gros coups de pub de la marque

Toutes poilues

American Apparel pose dans ses vitrines à New-York des mannequins bien velues, à contre-courant de la tendance à l'épilation complète du maillot.

Mannequin 3ème âge

Pour représenter sa collection de lingerie, la marque ne se tourne pas vers une jeune femmes d’1m80 aux courbes parfaites et aux boucles dorées mais choisit une sexagénaire, un peu ridée, Jackie O’Shaughnessy. Une campagne visuelle audacieuse accompagnée du slogan “Le sex-appeal n’a pas de date d’expiration”. Audacieux.

Ethique en topless

En mars 2014, soit à peu près un an après l'effondrement du Rana Plaza, American Apparel affiche une jeune femme topless, avec la légende "Made in Bangladesh".La jeune femme Maks, née à Dacca, est de confession musulmane et vit en Californie depuis l'âge de 4 ans. American Apparel, en plus de titiller certaines sensibilités en faisant poser cette femme nue, vise surtout dénoncer les conditions de travail des ouvriers textiles du Bangladesh. Elle en profite pour mettre en avant ses propres pratiques: tous les vêtements sont fabriqués à Los Angeles.


T-shirt menstruations

La marque a frappé très fort avec ce t-shirt qui brise plusieurs tabous d'un coup. Réalisé avec l'artiste Petra Collins, le T-shirt intitulé "Period Power" (le pouvoir des règles) représente un vagin, les règles et évoque aussi la masturbation féminine. Subversif pour certains... "Too much" pour d'autres...