Ce comportement, qui peut naître dès l’enfance, est au départ lié au stress, à l’ennui ou à la concentration mais peut avec le temps intervenir à n’importe quel moment et sans raison précise (votre dévouée sait de quoi elle parle : elle s’est arrêtée de se ronger les ongles le temps d’écrire cet article). Avec des conséquences néfastes : vos mains s’en voient enlaidies, vos doigts ensanglantés. Cela peut même aller jusqu'à des problèmes dentaires. Comment s’en sortir ?

- Se ronger les ongles, c’est un peu comm la cigarette, il faut ne jamais commencer. Parents, si vous voyez votre enfant mâchouiller ses petits doigts, dites-lui qu’il doit éviter de le faire, avant qu’il ne soit trop tard. Ne leur mettez pas trop la pression quand même afin qu’ils ne se focalisent pas sur cette manie, qui peut naturellement disparaître en grandissant.

- S’hydrater les mains. Laissez toujours traîner une crème hydratante pour les mains dans votre sac. Elle laissera un mauvais goût dans votre bouche.

- Porter du vernis au goût amer (vendu en pharmacie ou dans les commerces). Un ongle dans la bouche et hop, le mauvais goût se répand, de quoi vous inciter à ne plus réitérer votre geste.

- S’occuper les mains. Vous avez une écharpe ? Jouez avec le tissu au lieu de vous ronger les ongles, une boule antistress peut aussi vous distraire. De même mâcher un chewing- gum peut aussi détourner votre attention.

- S’offrir une manucure. Cela peut paraître stupide d’arriver avec des ongles rongés chez l’esthéticienne mais symboliquement, ce rendez-vous peut marquer le début d’une prise de conscience et d’un défi : avoir de beaux ongles.

- S’aider d’un livre. Comparable (niveau méthode) au livre d’Allen Carr pour arrêter de fumer, vous pouvez vous aider de "J'arrête de me ronger les ongles" de Bertrand Labes. Vous trouverez aussi un tas d’informations sur le site Stop Onychophagie

- Si malgré ces trucs et astuces du quotidien, vous ne parvenez pas à vous défaire de cette manie, il existe aussi des thérapies comportementales pour vaincre le stress.