Le sourire et la bienveillance apparente des candidates pourraient presque nous faire oublier qu'il s'agit d'une compétition. L'élection de Miss France, c'est pourtant aussi la concurrence entre toutes les filles qui espèrent porter la couronne à la fin de la soirée.

Dès samedi déjà, avant le début du concours, Sylvie Tellier, directrice générale de la société Miss France, avait déjà avoué que la promotion 2019 avait été compliquée à gérer. Entre les coups bas et les fourberies, elle a dû intervenir à plusieurs reprises pour calmer les tensions lors du voyage des Miss à Tahiti. "L'an dernier, nous avions une promotion très bienveillante. Cette année, il y a eu des tensions et quelques heurts", confiait-elle dans les colonnes du Parisien. "C'est rare que je sois obligée de prendre la parole pour dire: 'Les filles, c'est une aventure humaine, soyez gentilles...'"

Le stress et la pression pourraient expliquer ces écarts. "Quelques filles n'ont pas facilité les choses", poursuit Sylvie Tellier. "C'était principalement de la mauvaise camaraderie avec des tentatives de déstabilisation, des petites vacheries. Lorsque c'est tendu dans un groupe, les filles qui sont un peu fragiles le prennent automatiquement plus à cœur", reconnaît-elle. Avant d'expliquer que ces comportements ont inévitablement une incidence sur le résultat final. "Je n'ai pas de place pour les pestes".

Miss France: "Certaines se sont éparpillées"

C'est finalement Clémence Botino, Miss Guadeloupe, qui a été élue Miss France. Interrogée elle aussi par Le Parisien au lendemain de sa victoire, elle a reconnu que les tensions étaient palpables entre certaines filles. Mais qu'elle a essayé de s'en distancier le plus possible. "J'étais venue kiffer mon aventure, les petits cancans, c'était au collège et au lycée. Je voulais enlever les ondes négatives pendant le mois de préparation. Je leur disais : 'Les filles, arrêtez de savoir qui sera dans le top 15, concentrez-vous sur vous-mêmes !' Mais certaines ont eu du mal à suivre mon conseil. Trente filles ensemble, il y aura toujours des rumeurs, mais il ne faut pas en faire un fromage. Rester éloignée de tout cela m'a permis de me protéger. Certaines candidates, à cause de la compétition et des tensions, se sont complètement éparpillées".

© AFP