Outil de dissimulation, de mise en valeur ou de sexualisation du corps de la femme : pourquoi porter un soutien-gorge ?

Que ce soit pour se réapproprier leur corps et lutter contrer l’image prescrite du sein idéal rond, haut et ferme ou pour des questions de confort et de santé, de plus en plus de femmes invitent leurs compères à abandonner le soutien-gorge. Le mouvement "no bra" a pourtant du mal à se généraliser. Et à être accepté. Ne pas porter de soutien-gorge au travail ou dans des lieux publics est encore souvent perçu comme "non professionnel", voire indécent. Au cœur du problème : la crainte qu’on puisse apercevoir la pointe d’un téton.

Si la vue des tétons masculins est socialement acceptée, il n’en va pas de même pour leurs homologues féminins, régulièrement floutés par Facebook ou Instagram. La raison est simple : ils symbolisent l’excitation. Pourtant dans ce genre de contexte, ils "pointent" probablement plus à cause du froid que pour d’autres raisons.

Il n’empêche pas les seins de "pendre"

Le port du soutien serait aussi adopté pour empêcher la poitrine de s’affaisser sur le long terme. Fausse évidence selon une étude française de 2013. Menée sur 15 ans, elle a révélé que sans soutien-gorge, le mamelon remontait en moyenne de 7 millimètres en un an grâce à la sollicitation des ligaments de Cooper situés au-dessus de la poitrine. En soutenant les seins, le soutien-gorge empêche les ligaments et muscles de s’activer. Résultat : ils laissent la gravité faire son œuvre.

Une révolution douce

Si le "no bra" ne fait pas encore l’unanimité, ces deux dernières années ont vu l’émergence de nouveaux soutiens-gorge, plus respectueux de l’anatomie de la femme. Exit le push up et bienvenue aux soutiens sans armature et à la paroi fine et légère. Ils permettent la redécouverte de la diversité des formes de seins et surtout empêchent l’effet garrot qui entrave la circulation sanguine et lymphatique. Le mouvement de libération semble donc s’installer lentement mais sûrement. Il le fait aussi en laissant le choix aux femmes d’une grande diversité de sous-vêtements. À chacune de piocher ce qui lui convient. Car le soutien-gorge garde de nombreux avantages, que ce soit pour faire du sport ou pour les très fortes poitrines.