Gloire aux mèches qui doivent se voir et aux chouchous itou. Du plus sage au plus excentrique, les coiffures des années ‘90 en ont vu de toutes les couleurs. Et certaines d’entre elles sont bel et bien de retour. Petit panorama, du pire comme du meilleur.

Selon les goûts et les couleurs qui, on le sait bien, ne se discutent pas. Pour les uns, les années 90 ont été “un massacre capillairement parlant”. L’ère du bling bling et du flashy. L’apogée du grunge avec ses tignasses ébouriffées, qui est d’ailleurs de retour aujourd’hui. Car la mode a ses cycles, qui reviennent tôt ou tard. Pour d’autres, le souvenir des années ‘90, c’est le retour à la rigueur, le carré dégradé, la coupe garçonne, les cheveux plaqués par le gel, ordonnés. Bref, comme les cheveux, les tendances capillaires s’entremêlent. Pour qu’il y en ait pour tous les goûts.

Petit tour d’horizon de quelques coiffures, coupes et couleurs cultes de cette décennie, à travers quelques stars phares et tendances marquantes.

Si l’on s’en réfère aux séries qui cartonnent dans ces années-là, on pense forcément à la coupe Rachel, dans “Friends”, élue par plusieurs magazines féminins “meilleure coiffure de l’année”, au milieu des années ‘90. Dans les salons, toutes les femmes veulent de ce dégradé légèrement gonflé, aux longueurs effilées sublimées par un balayage lumineux, qu’arbore Jennifer Aniston.

Plus excentriques, pour certaines d’entre elles du moins, les Spice Girls inspirent elles aussi. Chacune d’elles avec sa signature capillaire bien personnelle. Carré bi-colore rouge et blond ou crinière flamboyante pour la sulfureuse rousse Geri Halliwell surnommée Ginger spice jusqu’au jour où elle virera au blond. Crinière afro en toute liberté pour la sauvage et sexy Mel B, féline jusqu’au bout des griffes alors que Mel C opte pour un look sportif, queue de cheval ou pony tail haute, méchée rouge, simple et pratique. Plus sage encore mais plus sophistiquée, Victoria Beckham se cantonne, elle, au carré plongeant et parfaitement lisse tandis qu’Emma Bunton joue la carte de la femme-enfant, avec ses deux couettes blondes et sa frange sur le front.

A la scène comme à la rue, les tendances parfois très disparates s’entremêlent ou se succèdent. Ainsi, à l’opposé du style grunge, totalement explosé, il y a aussi le court qui s’impose sur certaines têtes. Des coupes garçonnes, cependant souvent très féminines, paradoxalement. Elles peuvent être courtes effilées, avec franges dégradées ou à effet boule. Toutes les combinaisons sont possibles avec des effets contrastés. Et des résultats parfois improbables mais souvent osés. A l’époque Demi Moore, Madonna ou Linda Evanglista y ont succombé.

Les années ‘90 célèbrent également les mèches. Pas toujours de façon très subtile. Plutôt que se fondre discrètement dans la masse, elles affichent la volonté de se démarquer, au contraire. Bleues, rouges, vertes, elles devaient se voir. Et les mascaras capillaires à appliquer chez soi n’étaient alors qu’un jeu d’enfant.

Gloire aux chouchous qui reviennent aussi en force, à l’instar de la coupe mulet, courte, le front dégagé et la nuque au contraire plutôt fournie. Colorés, eux aussi, et déclinés dans moult matières, ces accessoires capillaires font leur retour. Comme quoi, il ne faut jamais rien jeter !

Le bol est aussi tendance. Même Leonardo Di Caprio s’est fendu d’une coupe au bol dont on laissera à chacun la liberté d’apprécier l’esthétique.

On se rappellera aussi du gel. Incontournable, pour certains du moins (dont Justin Timberlake qui a bien changé depuis), le gel a eu ses heures de gloire aussi dans les années ’90, style “saut du lit”, les cheveux dressés sur la tête. Faut aimer…