Derniers jours pour la fashion Week de Milan qui a proposé cette année un calendrier raccourci. Les grandes maisons italiennes étaient bien sûr de la partie et chacune a proposé à sa manière une lecture très italienne des nouvelles tendances.



Dolce & Gabbana

© AFP

La chaleur du Sud, ses traditions, ses symboles, et surtout son énergie vive, c'est ce qui a porté la collection pour le prochain printemps de la maison fan de la Sicile... Le drapeau italien s'imprime sur des jupes en soie, les touches d'un piano s'enroulent en mini-jupe. Une jupe tournante blanche aux larges rayures noires rappelle les tricots des gondoliers.

Roses, tournesols, marguerites... Les fleurs éclatantes de la Méditerranée enrichissent les vêtements ou parent, en gros bouquet, une chevelure. 


Armani

© Photo News

Charme est le maître mot de cette collection baptisée « Charmani », dans laquelle le couturier a cherché à redéfinir sa vision de la femme d'aujourd'hui. 
« Je n'ai pas bouleversé mon style, mais disons que je me suis un peu libéré. J'ai beaucoup enlevé, épuré, en perdant un peu de mon identité, mais pour mieux la retrouver », a-t-il expliqué à la presse à la fin de son défilé. « J'ai le devoir de renouveler ma mode. J'ai voulu proposer une idée d'élégance moderne, un charme contemporain », a-t-il conclu.


Etro

© Photo News

Patchwork réussi de tissus précieux et de techniques artisanales ancestrales. Les teintes neutres en noir et blanc des premiers modèles virent rapidement vers des couleurs plus soutenues pour arriver à une explosion de lumière avec l'orange, le jaune et l'or. De grandes capes berbères à capuche alternent avec des ponchos à rayures en lin et soie et des caftans pour une garde-robe mobile et amovible.


Bottega Veneta

© AP/ AFP

La maison vénitienne fête cette année son demi-siècle et les 15 ans de direction artistique de Tomas Maier. Pour célébrer ce double anniversaire, elle a orchestré un défilé exceptionnel dans l'Académie des Beaux-Arts de Brera unissant pour la première fois collections masculine et féminine. 
Au total, 76 mannequins ont parcouru les imposants couloirs voûtés de ce bâtiment du 18e siècle, au milieu des statues et œuvres d'art hébergées par cette prestigieuse institution milanaise. Mot-clé de la collection : le luxe, par définition discret.


Giambattista Valli

© AP

Il défilait avec "Giamba", sa collection de prêt-à-porter. Le couturier a expliqué avoir imaginé l'histoire d'une jeune femme rentrant chez elle après un séjour à Los Angeles aux Etats-Unis. Après une nuit de fête avec ses anciens amis, elle s'effondre toute habillée pour se réveiller à 3h du matin, sous l'effet du décalage horaire. Elle met un peu de musique et commence à déambuler dans le palais.