Coloration. Que ce soit pour dissimuler les cheveux blancs, changer de tête ou suivre la mode, de nombreuses personnes se teignent les cheveux. Les colorations capillaires ne sont cependant pas sans risques ! Cheveux abîmés et agressés, perte de brillance, irritations de la peau et allergies sont autant de dommages pouvant être provoqués par l’usage de colorants chimiques. Plus grave encore, ceux-ci peuvent contenir des perturbateurs endocriniens, substances mutagènes et potentiellement cancérigènes.

Une alternative : la coloration végétale !

C'est quoi ? Obtenues à partir de diverses poudres de plantes tinctoriales, les colorations végétales ne contiennent pas de substance chimique. A ne pas confondre avec les colorations aux extraits végétaux qui contiennent des colorants d’oxydation (coloration chimique).

Ca donne quoi ? Contrairement aux teintures chimiques, qui pénètrent le cheveu, elle reste en surface et agit comme une sorte de film coloré, le protégeant ainsi des agressions extérieures. Ces colorations ne peuvent toutefois foncer la teinte que d’un ou deux tons, ne couvrent pas la totalité des cheveux blancs et ne permettent pas réellement d’éclaircir leur couleur. Elles ne font que la nuancer.

La couleur définitive résulte de la combinaison entre la couleur de cheveu initiale et la teinte de coloration. Les cheveux gris restent plus clairs. Cela donne des dégradés de nuances très naturels.

Précautions :

-Avant de passer à une coloration végétale, il est conseillé d’attendre au moins six semaines après la dernière teinture chimique.

-Les emballages peuvent être trompeurs, aux slogans évocateurs et revendiquent souvent l’absence de parabènes, d’ammoniac, etc. Pour ne pas vous tromper, fiez-vous à la liste des ingrédients et aux labels de la cosmétique naturelle certifiée (BDIH et NATRUE).