Beauté & Mode

Ses "karlismes" flirtaient parfois avec le "fat shaming", même s'il s'en est défendu.


Le monde de la mode pleure la mort de Karl Lagerfeld, qui nous a quitté ce mardi 19 février à l'âge de 85 ans. Mais sur les réseaux sociaux, nombreux sont ceux qui ne s'émeuvent pas du décès du Kaiser. La raison ? Ses sorties grossophobes répétées.

Ras-le-bol

Aussi connu pour ses lunettes noires que pour ses aphorismes, l'homme à la tête de Chanel n'hésitait pas à tacler les rondes. "Personne ne veut voir des femmes rondes dans la mode", lançait-il sans complexe en 2009. Nouveau "karlisme" en 2013 sur le plateau de l'émission Le Grand 8 : "Le trou de la sécurité sociale, c'est aussi toutes les maladies attrapées par des gens trop gros". Cette sortie avait d'ailleurs provoqué l'ire de l'association "Je suis belle, ronde, sexy et je m'assume". "Il y en a ras-le-bol. Beaucoup de jeunes femmes sont mal dans leur peau et entendre des paroles comme ça, c'est terrible pour elles", lâchait leur présidente Betty Aubrière. Une plainte pour "propos discriminatoires" avait été déposée dans la foulée.

Une perte de poids impressionnante

Pourtant le génie allemand n'a pas toujours été filiforme. À l'orée du nouveau millénaire, Karl Lagerfeld se bâtit un nouveau personnage en perdant plus de 40 kilos en treize mois. Ses propos virulents sur les rondes interrogent donc d'autant plus. Le créateur s'est justifié à plusieurs reprises dans le magazine Closer. "Cette polémique sur les 'grosses' est un peu ridicule, tout le monde sait qu'être en surpoids est très mauvais pour la santé. J'en sais quelque chose ", nuançait celui qui expliquait, non sans humour, avoir fait un régime pour entrer dans les costumes "slim" d'Hedi Slimane, alors chez Dior. Lagerfeld préférait aussi de loin les rondeurs à l'anorexie, thème récurrent autour des podiums. "D'être ronde est permis, ça peut même être très joli et bien plus séduisant que la minceur extrême", écrivait-il dans une lettre ouverte, toujours dans Closer. Si l'industrie de la mode perd l'une de ses légendes, la nouvelle garde continue d'avancer. Avec une mentalité toujours plus "body positive".