Jusqu’alors, pour traiter des paupières relâchées, il n’y avait qu’une seule solution : le bistouri. Mais une nouvelle technique prétend lifter les paupières sans chirurgie.

De plus en plus répandu en cabinet médical, le Plexr (pour Plasma Exérèse, prononcez Plexer) corrigerait des paupières tombantes, en réduisant l’excès de peau de cette zone fine et pauvre en collagène. À tel point qu’on parle de blépharoplastie non chirurgicale.

La technique du poste à souder

Mis au point en 2008 par un médecin italien, le Pr Giorgio Fippi, "le Plexr est un dispositif unique en esthétique puisque sa technique est issue de la physique quantique", explique le fabricant. Un langage complexe, voire pseudoscientifique, qui nous fait douter de son sérieux ! La suite : "Il agit en créant un arc de plasma ou photovoltaïque, pour sublimer les tissus traités."

Alors là, il nous faut quelques explications supplémentaires… Voilà ce qu’il faut comprendre : l’outil qui permet de traiter les paupières supérieures, à savoir un stylet équipé d’une petite canule de la taille d’une aiguille, envoie un courant à un millimètre au-dessus de la peau, sans jamais la toucher. Il crée ainsi un arc électrique, comme celui d’un poste à souder. Ce petit courant, appelé aussi plasma, va chauffer et détruire l’épiderme pour provoquer une rétraction cutanée. C’est ce que les spécialistes appellent la "sublimation". En se réduisant, la peau se lisse et se retend. L’idée se tient, c’est un peu comme le principe de la brûlure qui permet, en cicatrisant, de faire peau neuve.

Pourquoi c’est tentant

C’est beaucoup moins invasif que la chirurgie. Et pour les paupières, c’est une grande première ! "Je n’aurais jamais osé me faire opérer, mais comme mes paupières supérieures commencent à se relâcher et me donnent un air fatigué, j’ai opté pour le Plexr", confie Ariane, 40 ans. "Cette technique nous permet enfin de répondre aux demandes de relâchement modéré des paupières, sur des femmes jeunes, et qui ne sont pas prêtes à passer à la chirurgie", note le Dr Bousquet. Ce n’est pas douloureux :" Grâce à l’anesthésiant posé avant la séance, et aussi puisqu’il n’y a aucune incision, et aucun produit injecté", souligne le Dr Éric Essayagh. C’est dans certains cas une bonne alternative au bistouri. "On retarde ou on évite la blépharoplastie, en traitant tôt une peau peu relâchée et en entretenant les résultats avec une à deux séances par an", indique le Dr Véronique Gassia. C’est du sur-mesure "qui demande au médecin la plus grande précision pour adapter à chaque cas le nombre de tirs et la zone exacte à cibler", prévient le Dr Bousquet. "Si les paupières sont légèrement tombantes, on peut par exemple ne traiter que la moitié, ce qui sera suffisant pour la lifter en entier." Sur un relâchement plus important, le praticien peut s’adapter selon la zone la plus touchée. "Le médecin a traité une de mes paupières qui tombait bien plus que l‘autre et déséquilibrait l’harmonie de mon visage", témoigne Théodore, 50 ans. La peau devient plus tonique : "L’effet tension est doublé d’un effet de stimulation du collagène", ajoute le Dr Bousquet. On peut donc espérer qu’elle se ride moins au fil du temps.

Pourquoi on peut hésiter

Le recul est encore faible, la machine ayant été présentée aux médecins français en 2014. Difficile, donc, de savoir combien de temps dure le rajeunissement obtenu. Le résultat n’est pas immédiat, et il faut plusieurs séances pour le voir. "En général, c’est à la troisième que l’on constate que les paupières se lissent", reconnaît le Dr Essayagh. Il faut l’entretenir chaque année. Cette technique ne corrige que des relâchements modérés "et la tension reste limitée" rappelle le Dr Essayagh. Par ailleurs, "comme elle cible la peau et non le muscle, elle ne convient pas en cas de relâchement de l’orbiculaire", prévient le Dr Gassia. Elle n’est pas sans effets secondaires. L’unique étude, réalisée en 2014 auprès de 1.000 patients, ne relève pas d’effets indésirables irréversibles. Mais il faut faire attention "en cas d’hyperpigmentation", conseille le Dr Michel Tazartès. "Les brûlures peuvent laisser des taches foncées sur une peau blanche, ou des taches blanches sur une peau mate." Attention aussi aux œdèmes qui peuvent être impressionnants même s’ils disparaissent au bout de 3 à 5 jours ! Mieux vaut programmer sa séance un vendredi, juste avant le week-end. Elle est coûteuse. Au vu de la différence de prix - à partir de 1.800 € pour l’acte chirurgical, contre 1.200€ les 4 séances de Plexr -, il faut bien réfléchir.