Beauté & Mode

Karl Lagerfeld est décédé ce mardi à l'âge de 85 ans. Retour sur cinq temps forts de sa grande carrière.


La transformation de la maison Chanel

En 1982, Karl Lagerfeld relève un immense défi. Il prend la tête de la direction artistique de l'ensemble des collections haute-couture, prêt-à-porter et accessoires de la maison Chanel. A partir de ce moment, son nom sera toujours associé à celui de la marque aux deux C. Son imagination est sans limites. Il signe une dizaine de collections par an. L'homme révolutionne l'identité de la marque tout en étant fidèle à l'esprit de Coco Chanel. Il ose des choix inattendus comme celui de Vanessa Paradis pour incarner le visage du parfum Coco en 1991. Karl Lagerfeld n'a jamais raté un défilé Chanel. Jusqu'au 22 janvier dernier lors de la Fashion Week Haute-Couture de Paris. Chanel avait annoncé une simple fatigue pour justifier son absence.

© REPORTERS


Karl Lagarfeld et ses muses

Le couturier a travaillé avec les plus grands mannequins. C'est lui qui, le premier, décèle le potentiel d'Inès de la Fressange. A 26 ans, la Parisienne est la première mannequin à signer un contrat d'exclusivité avec Chanel. Grâce à Karl Lagerfeld, sa notoriété explose. Elle devient l'une des premières mannequins médiatisées. Lagerfeld travaillera ensuite beaucoup avec Claudia Schiffer. Sous le charme de la beauté froide de l'Allemande, il la voit comme "la plus grande top model" comme il le déclare à de nombreuses reprises. Il lui consacre même un livre en 1995. Dernièrement, l'homme avait eu un coup de coeur pour la mannequin britannique Cara Delevigne. Il adore la jeunesse, les actrices, l'Amérique et met en avant également Kristen Stewart, Kaia Gerber ou encore Lily-Rose Depp.

© REPORTERS

Un look inimitable et unique

Karl Lagerfeld, c'était un style unique qui a fait de lui une véritable icône de la mode. Lunettes noires, costume noir, chemise blanche et queue de cheval, l'homme s'habillait et se coiffait de la même manière depuis les années 1980. De quoi entretenir le mystère qui l'entourait. Dans une interview accordée à Marie-Claire en 2012, il s'était confié sur les raisons pour lesquelles il portait toujours des lunettes noires : "Quand j'étais très jeune, j'ai reçu un verre de whisky dans le visage par accident. Il n'avait pas été lancé pour m'atteindre, mais si je n'avais pas porté mes lunettes, j'aurais pu perdre un œil. Donc je ne sors jamais sans mes légendaires lunettes". En septembre 2018, ses yeux étaient révélés au grand public : "J'en avais marre de ma tête" avait-il expliqué pour se justifier.


Des défilés avec des décors à couper le souffle

Karl Lagerfeld aimait voir les choses en grand lors des défilés de la Fashion Week. Ils étaient à chaque fois impressionnants, géants, dignes de décor de cinéma. La coupole du Grand Palais a accueilli à de nombreuses reprises ses splendides mises en scène. En mars 2014, il installe un supermarché, tandis qu'en septembre 2014, il reproduit une salle de casino. Pour son dernier défilé le 22 janvier dernier, les spectateurs se trouvaient au coeur d'une belle villa du Sud de la France, alors qu'un froid glacial venait de s'installer à Paris. Et l'on peut dire qu'il a fait souffler un vent nouveau bienvenu sur les Fashion Weeks avec ses défilés ludiques et ses univers décalés. 

© AFP/ANNE CHRISTINE POUJOULAT

© REPORTERS

Une icône pop

Karl Lagerfeld a aussi travaillé avec des marques populaires. En 2004, il s'associe avec H&M et propose une collection à petits prix. Elle s'écoule en à peine vingt minutes. Il travaille plus tard pour Coca où il photographie les campagnes publicitaires. En 2008, Karl Lagerfeld est encore et toujours avant-gardiste. Il participe à une campagne de prévention routière où il portera... un gilet jaune. Adepte des petites phrases chocs, il dira à ce sujet : "C’est moche, c’est jaune, cela ne va avec rien mais cela peut vous sauver la vie". On lui connaît aussi des amitiés décalées comme avec l'un des protagonistes de la télé-réalité Baptiste Giabiconi (qui s'est fait tatouer la date de leur rencontre le 8 juin 2008). Il le considère comme un père