Beauté & Mode

La jeune fille de 18 ans, blogueuse mode de renom alors qu'elle n'avait que 12 ans, semble avoir déjà eu 1000 vies, qu'elle partage avec Clinique pour le lancement de la campagne mondiale #FaceForward. Interview.


#FaceForward, c'est parler à son "moi" futur, pour lui prodiguer des conseils et prendre le temps, là maintenant tout de suite dans le présent de tirer un petit bilan de ce que l'on a réalisé et inspirer ainsi d'autres personnes qui liront ces mini-autobiographies écrites avec de la douceur et de l'énergie. Faire face à ses peurs, savoir que d'autres que nous ont peur... ça aide à les chasser!

Avec cette campagne mondiale qui s'adresse à toutes les femmes, l'idée de la marque de soins américaine Clinique est de montrer que le succès peut venir d'une bonne idée, qu'il faut croire en soi et en ses atouts. Un peu à l'image de l'histoire de cette marque de cosmétiques née en 1968 qui a peu à peu construit son histoire sur un espace vierge. Depuis le Basic 3 Temps fait partie des gestes mythiques dans le monde des soins !

Pour lancer cette campagne qui entend refléter l'esprit individuel et la réalisation de soi, Clinique a demandé à Tavi Gavinson, Hannah Bronfman et Margaret Zhang, des jeunes femmes entreprenantes qui n'ont pas pris le chemin que l'on pouvait attendre d'elles et sont toujours allées à contre-courant pour assouvir au mieux leurs envies profondes et vitales.

La campagne #FaceForward a été lancée hier, le jeudi 17 septembre et courra jusque mi-octobre. Prenez le temps de répondre à cette question "Si vous pouviez donner des conseils à votre futur "vous", quels seraient-ils ?" Et arrêtez-vous sur les réponses des autres !


Tavi Gevinson : "Je ne peux pas perdre mon temps à ressasser mes erreurs ou mes incertitudes, je réussis à trouver une solution"

© Tavi

Jeune fille du millénaire, Tavi Gevinson inspire Clinique. En 2007, à l'âge de 11 ans, Tavi lance son premier blog de mode baptisée Style Rookie. La page a généré plus d'un million de visites la première journée. À 12 ans, elle était déjà devenue une voix reconnue dans le monde de la mode et elle prenait place aux côtés d'Anna Wintour pendant les défilés de la fashion week de New York. À l'âge de 15 ans, elle fonde Rookie Magazine et à 18, elle a été désignée comme la personne de 18 ans la plus influente du monde par le magazine Rolling Stone. Rien de moins...


Es-tu obsédée par la beauté, la perfection ? J’ai passé la plus part de mon adolescence à essayer de recueillir des lueurs de beauté, d’humanité et de sincérité. Quand je regarde mes amis, je me dis qu’ils sont exceptionnels car je les connais de l’intérieur. Je deviens beaucoup moins dure avec moi-même sur la façon dont j’apparais car je réalise que ces choses que je trouve belles sont les choses étranges. Puis je sais que je ne dois pas être parfaite, sublime ou jolie. Je dois juste aimer la personne que je suis. Il faut juste être soi-même et c’est formidable.


La peur de l’échec t’a-t-elle déjà freiné ? Je ne suis pas une personne téméraire mais la peur de toujours me retenir surpasse la peur de ce qui pourrait m’arriver un jour en faisant quelque chose. Lorsque l’on jouait la pièce en avant-première, je venais tout juste de déménager, nous avions fait quelques répétitions puis les avant-premières. Tout le monde me demandait « Qu’est-ce que ça fait de jouer dans une pièce à Broadway ? » Nous sommes comédiens, notre travail est d’exister dans le monde de l’écriture de l’auteur. Puis vous accumulez tellement de pression en lisant les critiques, je doutais beaucoup de moi-même dans l’ensemble. Mais cela a été vite oublié par la peur de ne pas avoir cette expérience ou de ce que je pouvais y perdre si je ne décidais pas de me lancer tous les soirs. Pour moi la peur de ne pas essayer est pire que de paraître stupide. La pire chose dans la vie est le regret.


Qu’est-ce qui te donne confiance en toi ? Je pense que j’ai le plus confiance en moi lorsque je réalise quelque chose dont je suis vraiment fière. Je ne peux pas perdre mon temps à ressasser mes erreurs ou mes incertitudes.


Aimes-tu prendre des risques ? J’ai souvent tendance à oublier que j’ai pris quelques risques quand j’étais très jeune avec la réalisation de mes créations. J’oublie que c’est de la folie d’avoir son propre magazine à l’âge de 15 ans ou de jouer dans cette pièce à 18 ans. Quand je regarde en arrière en me demandant pourquoi j’ai fait ses choix, je me dis que c’était assez inattendu d’essayer quelque chose où l’on ne sait pas ce qu’il va se passer, vous ne savez pas ce que vous allez découvrir de vous-même. Mais quand vous saisissez une chance comme celle-ci, vous prenez une part de risques, de peur mais la récompense peut être tellement incroyable.


Qui sont tes modèles de beauté ? Je m’inspire d’un certain nombre de modèles beauté même si j’opte souvent pour un look plus basic. Durant les derniers mois de la pièce, j’ai regardé un livre de photos Glam/Rock avec David Bowie, je me suis sentie ridicule de ne pas être plus audacieuse dans mes looks, cela me donne envie de monter sur scène d’une façon différente. Cet artiste est un modèle pour moi et même si je ne m’en sers pas directement pour mon propre style, sa façon dont il utilise la beauté et la mode pour exprimer quelque chose d’autre est très inspirante.


Quand es-tu la plus créative ? Je me sens créative lorsque je m’approprie le sentiment de créativité que quelqu’un a ressenti. Mon esprit est ouvert aux possibilités de ce que je peux créer. Aller juste au cinéma est une sublime expérience pour inspirer la créativité.


Comment as-tu connu Clinique ? C’était il y a quelques années sur un shooting, le make-up artiste me dit « il vous faut ce produit » faisant référence à une lotion jaune, la DDML+. J’ai appris par la suite que c’est un basic de la marque et c’est devenu maintenant une étape incontournable de ma routine soin.


Quelle est ta routine soin ? Les deux choses que j’utilise peu importe la situation sont la DDML+ et le mascara noir de chez Clinique. J’utilise également un fond de teint Clinique et des Chubby sticks pour les lèvres. Ce que j’aime avec ces sticks c’est qu’ils sont simples à appliquer et qu’ils tiennent toute la journée. Je possède une large sélection de couleurs. Mon préféré est le Chunkiest Chili, j’en réapplique tout le temps pendant ma pièce « This is Our Youth » à Broadway pour le look de mon personnage.