Les beaux jours approchent. L’occasion de choisir sa protection avec discernement

C’est au Français Eugene Schueller, fondateur de L’Oréal, que l’on doit l’invention de la protection solaire telle que nous la connaissons aujourd’hui. Lassé des brûlures provoquées par une exposition pas forcément prolongée, il teste différentes huiles avant de découvrir et de faire breveter la formule qui va faire son succès : l’Ambre solaire. D’abord vendue dans le sud de la France, l’huile au parfum mythique débarque à la meilleure époque qui soit : pile quand nos voisins français s’apprêtent à savourer, pour la première fois, des congés payés.

Depuis, on ne compte plus les innovations de la marque ni celles des innombrables concurrents apparus sur le marché au fil des décennies. Indices de protection (lire ci-dessous) de plus en plus élevés, multiplication des textures, crèmes spéciales pour le visage, le corps, laits après-soleil, gammes spécifiques pour peaux fragilisées, résistantes à l’eau, bio, colorées pour les enfants : il ne se passe pas un été sans qu’une innovation vienne chambouler le marché.

Et dire que des chercheurs anglais pourraient bien mettre fin à tout ça : dans les laboratoires, on travaille d’arrache pied à des pilules qui auraient le même effet et qui protégeraient la peau pendant plusieurs semaines…

Osez le shaka-shakA

L’Ambre solaire – de Garnier – a donc été la première et entend bien le rester. Pour preuve, les multiples innovations qu’elle propose année après année. Pour les enfants, c’est Resisto Kids, une protection 50 +… colorée. Un joli bleu, que les petits peuvent étaler eux-mêmes en n’omettant aucun centimètre carré !

Pour les grands, c’est le concept Dry protect, soit une protection que l’on ne sent pas sur la peau : sec, non gras, non collant et non brillant sur la peau. À l’intérieur des bouteilles, une bille. On secoue fermement – on doit entendre le shaka-shaka – et on libère la brume qui fond sur la peau. Existe en SPF 20, 30 et 50. (16,99€ pour le Kids et 17,99€ pour la brume Dry Protect)

La protexion +, selon roc

Cet été, Roc met l’accent sur la Protexion +, en faisant délibérément, une distinction entre le visage et le corps. Car 50 % des femmes belges utilisent la même crème pour les deux, or le visage est plus exposé, tout au long de l’année, aux UVA et aux UVB. Soleil Protexion + fluide anti-âge 2 en 1 associe les vertus d’un anti-âge et d’une protection solaire. Il est également hautement concentré en acide hyaluronique . (Prix conseillé : 17,50 €)

Misez sur l’eau thermale

Star des pharmacies, la marque Avène propose une nouveauté pour l’été : l’huile solaire SPF30. Le système photoprotecteur est composé de trois filtres chimiques et un écran organique, qui assure une large protection contre les UV. Le tout, bien sûr, à base d’eau thermale d’Avène, dont on ne vante plus les propriétés apaisantes. La formule résiste à l’eau et ne contient ni alcool ni silicone. (20,95 €) Le reste de la vaste gamme – dont l’après-soleil, qui a fait peau neuve – est évidemment toujours disponible !

Nuxe se lance dans le solaire

C’est une grande nouveauté pour la marque française : la gamme solaire est toute nouvelle et entend bien faire de l’ombre à ses rivales dès les premiers rayons. Et avec des produits comme ceux-là, elle risque bien d’y arriver ! À base de jacinthe d’eau – pour l’hydratation –, de fleur de kau pe – pour le côté rafraîchissant –, mais

aussi de graines de caroube, qui font office d’activateur de bronzage, les huiles et autres laits risquent de séduire tous azimuts.

On aime particulièrement la crème fondante visage haute protection SPF50 (18,90 €) et le lait fraîcheur visage et corps après-soleil (18 €), super-hydratant, qui laisse la peau toute douce. (En pharmacie. 19,50 et 18 €)

L’effet peau nue de Biotherm

La dry touch est donc la tendance de l’été ! Finies les crèmes qui laissent les doigts gras (et les pages des livres aussi, du coup). Chez Biotherm , la gamme solaire est enrichie en particules minérales de silice hautement volatiles et en vitamine E antioxydante et déclinée en brume fraîcheur pour le corps et crème effet mat pour le visage. Des produits testés sous les soleils les plus ardents, du Brésil à l’Île Maurice ! Outre ces nouveautés, la marque propose toujours sa crème solaire anti-âge pour le visage, son lait solaire et son huile soyeuse. ( Brume : 27,50€ et crème visage : 27€ )

Deux en une

Une huile pour le corps ET les cheveux, voilà une bonne idée. Sèche, de surcroît, elle ne laisse pas de traces et est, forcément, non grasse. Cette huile magique à base d’aloé, de platane et d’épi d’or est enrichie de nyamplung bio, une amande qui nous vient tout droit d’Indonésie et laisse sur la peau un délicat parfum. L’huile sèche rejoint donc la large gamme solaire de Clarins . Dont on ne dira jamais à quel point on l’aime ! (29,5€)

La plus belle pour aller bronzer

Spray lacté, lait d’or sublimant et protection visage : voilà les trois nouveautés de L’Oréal Paris et de sa gamme Perfect Bronze. Ce ne sont pas moins de six filtres exclusifs (pour L’Oréal) et brevetés qui la composent, pour faire barrage aux UVA et UVB et prévenir ainsi le vieillissement de la peau et protéger des effets néfastes du soleil. Mieux : Sublim Sun, grâce à l’huile d’argan et à la vitamine E qu’elle contient, hydrate la peau et la laisse douce et souple. Difficile de citer tous les produits tant ils sont nombreux, du spray, au lait en passant par l’après-soleil. À partir de 14,99 €

Lancôme met du glamour dans ses solaires

Plus qu’une protection solaire, la ligne Soleil Bronzer de Lancôme est une vraie gamme de produits de beauté, visant à magnifier la peau et le hâle. Ajouter du glamour au sérieux de la lutte contre les UVB : c’est le créneau de la marque de luxe. Les mots d’ordre : protéger, magnifier – grâce au Mexoryl et à la vitamine E –, sublimer – huile d’argan nourrissante, huile de rose musquée régénérante et l’huile de monoï lissante – et hydrater et lisser – grâce à l’acide hyaluronique qui repulpe la peau de l’intérieur. Pour que l’expérience sensorielle soit complète, il fallait, bien sûr, que le parfum évoque l’été. Bergamote, citron, noix de coco, amande, frangipanier, jasmin, tiaré, santal, vanille, musc : le mélange est subtil et vraiment agréable.

Soleil bronzer se décline en cinq textures (visage, BB crème SPF 50, huile protectrice, lait en brume et après-soleil). Prix : 36€


BON A SAVOIR

Déterminez votre phototype

Il existe six phototypes différents, qui sont définis selon plusieurs critères.

Phototype I : peau très blanche ou laiteuse, cheveux blonds ou roux, yeux bleus, verts ou brun clair, très nombreuses taches de rousseur, ne bronze jamais.

Phototype II : peau très claire, cheveux blonds ou châtains, yeux clairs, nombreuses taches de rousseur, attrape souvent des coups de soleil, bronze difficilement.

Phototype III : peau claire à mate, cheveux blonds ou châtains, yeux bruns, quelques taches de rousseur apparaissent au soleil, attrape parfois des coups de soleil, bronze progressivement (bronzage moyen).

Phototype IV : peau mate, cheveux châtains ou bruns, yeux foncés, aucune tache de rousseur, attrape peu de coups de soleil, bronze toujours (bronzage foncé).

Phototype V : peau foncée, cheveux noirs, yeux noirs, aucune tache de rousseur, attrape rarement des coups de soleil, bronze toujours.

Phototype VI : peau noire, cheveux noirs, yeux noirs, aucune tache de rousseur, n’attrape jamais de coups de soleil, ne brûle jamais.

IP, SPF, FPS, késako ?

Pas facile de s’y repérer devant les multiples abréviations fournies en guise d’information sur les produits solaires. Sachez que…

IP (Indice de Protection) FSP (Facteur de Protection Solaire) ou SPF (Sunburn protection factor, la même chose en anglais) veulent dire exactement la même chose !

Et tous les laboratoires utilisent les mêmes méthodes de calcul. Pour faire simple, l’indice de protection – contre les UVB – indique le temps durant lequel on peut s’exposer avant le coup de soleil. Si votre peau rougit au bout de 15 minutes (par exemple), avec un indice 6, vous multipliez donc 15 par 6, soit 90 minutes. Mais attention : ceci varie d’un type de peau à l’autre et ces valeurs ne sont correctes que si vous étalez une bonne quantité de crème (on parle parfois d’une couche de 2mm !).