Lifestyle

Selon une enquête du magazine français « 60 millions de consommateurs », 28 produits conçus pour les tout-petits sont à proscrire.

Certaines lingettes, des crèmes pour le lange, des liniments, des crèmes et laits nettoyants, des eaux nettoyantes, des eaux micellaires sont mis sur la sellette par le magazine français "60 millions de consommateurs"*.

Malgré les recommandations sanitaires, les marques continuent d’y intégrer des perturbateurs endocriniens, des molécules toxiques et des composés allergisants.Le propylparabène, le phénoxyéthanol, le méthylisothiazolinone, ces substances aux noms barbares et peu connues, sont toujours utilisés. Les enfants en bas âge sont très sensibles à ces produits "car ils sont en plein développement et ont une faible capacité de détoxication", indique le magazine.

« Il est par exemple conseillé de ne plus utiliser de phénoxyéthanol, suspecté d’être toxique, dans les produits pour le siège. Et, à partir du 16 avril prochain, le propylparabène, perturbateur endocrinien potentiel, sera interdit dans les produits sans rinçage à appliquer sur les fesses des enfants de moins de 3 ans », explique "60 millions de consommateurs".

Celui-ci a analysé la composition de 52 produits conçus pour les bouts de chou. 28 produits ont été écartés et jugés dangereux pour la santé de notre progéniture.

Les lingettes Pampers, Mixa Bébé, Poupina font partie des indésirables. Les laits nettoyants tels que Mixa Bébé, Poupina, Carrefour baby, Auchan Baby sont déconseillés. Certaines crèmes hydratantes des marques Bébé cadum, Nivea Baby, Pommette, Corine de Farme, Prim’âge sont également rejetés. L’eau nettoyante la Biolane est également mise sur la liste noire.

En outre, l’étude dénonce la mention hypoallergénique qui peut «induire en erreur les consommateurs sur l’absence d’ingrédients à risque».

La liste complète des produits est publiée sur le site de "60 millions de consommateurs" dans le numéro payant du 23 octobre.

* Le magazine et le site "60 millions de consommateurs" sont édités par l'Institut national de la consommation, en France.