Selon une nouvelle étude, les ados s’adonnant au "sexting" auraient une vie sexuelle plus active.

D'après une nouvelle étude américaine*, envoyer des photos de soi dénudées, -autrement dit, le "sexting"- serait devenue monnaie courante chez les adolescents. 948 étudiants d'écoles secondaires texanes ont été suivis et interrogés pendant deux ans sur leurs comportements sexuels et sur l'utilisation du sexting.

Plus d'un quart des élèves ont déclaré avoir déjà envoyé des clichés intimes. Plus de la moitié a été invitée à envoyer des photos sensuelles, avec une majorité se sentant gênée de recevoir une telle demande.

Selon les chercheurs, il n’y aurait aucun lien entre le fait d’envoyer des sextos et les comportements sexuels à risque. Néanmoins, cette pratique révélerait une vie sexuelle plus active. Les ados s’adonnant au sexting seraient plus susceptibles d’avoir ou d’avoir eu des rapports intimes. Selon le chercheur Jeff Temple, les adultes devraient utiliser ce phénomène de société pour promouvoir des pratiques sexuelles plus sûres.

Cependant, le sexting peut être dangereux à l’heure du piratage informatique. Ces dernières semaines, les photos dévêtues de nombreuses célébrités, telles que Jennifer Lawrence, Rihanna ou encore Laure Manaudou, ont été publiées sur le net. Les jeunes ne sont pas toujours conscients des conséquences néfastes de l'envoi de telles images. Ils croient qu'en utilisant des applications "sécurisées" -comme Snapchat qui détruit automatiquement les photos-, ils ne courent aucun danger. Toutefois, il suffit d'une simple capture d'écran pour ruiner toute une vie...

*publiée dans le journal "Pediatrics ».