Pulsions alimentaires en hiver: ah vraiment, merci les Australopithèques!

Les fringales ou les envies de pâtes, pizza, sucres et glucides semblent encore plus irrépressibles quand arrive le vrai froid. Pourquoi et comment les contrer : mode d’emploi (simple).

Kéto
Kéto ©Copyright (c) 2022 sweet marshmallow/Shutterstock. No use without permission.

Les revoici ces terribles pulsions alimentaires qui font se ruer sur une barre chocolatée, une pâtisserie, un paquet de chips, des bonbons, des biscuits ou encore du saucisson… Bref, toutes sortes de snacks et d’aliments ultra-transformés, bourrés de sucre et de mauvais gras. Au mois de novembre, ces envies augmentent : on a envie de manger plus, de manger des pâtes, des pizzas, du pain, bref tout ce qui contient des glucides et donc du sucre… Mais pourquoi cela nous prend-il comme une évidence alors qu’en toute conscience, on ne voudrait pas manger davantage ou en tout cas pas “plus mal” ?

Notre cerveau reste sur de très vieux acquis !

Les premières attaques du froid sont fatales. On a faim, en tout cas, on a l’impression d’avoir faim ! “Notre cerveau réagit toujours comme il y a des milliers d’années quand l’hiver impliquait moins de nourriture”, indique Julien Masset, docteur en biochimie et spécialiste en phytothérapie chez Ortis : “Il agit comme s’il fallait encore réduire les dépenses énergétiques et met au ralenti tout le corps” Ce qui signifie plus de fatigue mais ce cerveau “primitif” en quelque sorte nous conduit à nous tourner vers les aliments riches en énergie immédiatement combustibles : les glucides. merci grand-papa Néandertal et tata Australopithèque !

Atchoum! Que faire lorsque les coups de froid nous tombent dessus

Cela peut être dû à un déséquilibre biochimique et à une absence de sérotonine, un neurotransmetteur régulant l’humeur, l’appétit ou le sommeil, ont récemment confirmé des chercheurs de l’European College of Neuropsychopathology. D’où une réaction inégale de chaque individu à l’arrivée de l’hiver…

Pour contrer les fringales que la volonté ne stoppera pas, l’idéal est d’être rassasié. Pour ce faire, rien ne vaut les conseils de Pascale Naessens, spécialiste des recettes savoureuses mais simples, vite faites et bonnes pour la santé, qui vient de sortir son nouveau livre de cuisine.

Pascale Naessens à la rescousse

Ma cure céto - 2
Ma cure céto - 2 ©© DR

Je ne m’étais pas attendue à ce que “Ma cure céto 1” connaisse un tel succès, il a été le livre de cuisine le plus vendu en 2020”, explique en préambule Pascale Naessens, cette autrice flamande devenue phénomène international de l’édition food en quelques années. Le céto est un régime particulier qui a des contraintes (les recettes, sans être difficiles ni longues à réaliser doivent être anticipées au niveau des courses et les légumes, globalement riches en glucides à éviter n’y sont pas légion) mais aussi pas mal d’avantages : il fait perdre les kilos superflus (y compris autour de la taille) sans avoir faim du tout. Le tout étant de se glisser dedans pendant au moins 14 jours.

Lire aussi > Le régime cétogène: ne pensez plus calories et mangez gras !

Le principe du régime cétogène est de mettre le corps en cétose : pour faire court, il s’agit de lui faire brûler des graisses plutôt que du sucre : la graisse absorbée par l’alimentation de même que la graisse corporelle. Bien sûr, chaque organisme réagit différemment : certains vont fondre, d’autres auront plus de mal à déstocker. Pascale Naessens qui ne cesse depuis des années d’étudier la nutrition en interviewant aussi les plus grands scientifiques de chaque domaine le dit sans détour : “L’idée selon laquelle nous devrions tous manger selon un même schéma est dépassée et sans fondements scientifiques”. Dans ce nouveau livre, elle aborde aussi avec des spécialistes le jeûne intermittent, l’alimentation limitée dans le temps et le cholestérol avec de nombreuses explications claires et des conseils de bon sens.

Plus de fringale incontrôlable

L’intérêt du régime cétogène, c’est qu’il diminue aussi fortement la faim et surtout, comme le taux de glucose ne fluctue quasi-pas, la glycémie est aussi au repos et il n’y a plus de fringale incontrôlable.

Or, “ce sont les protéines qui rassasient le plus, suivies par les graisses”, explique Pascale Naessens. Choisissez donc à bon escient les aliments pour vos repas principaux : ils vous permettront de ne pas avoir de pulsion et donc de ne pas y succomber.

Lire aussi > 11 aliments hors viande et full protéines qui font des assiettes équilibrées

Les fringales que l’on appelle émotionnelles dues à un coup de stress, une émotion forte, etc. peuvent aussi apparaître. Respirez et mangez mais de bonnes graisses comme des noix, un avocat : des bonnes graisses saturées et des protéines. Faites-vous du pain sans farine mais aux graines, c’est délicieux ! Avec un morceau de feta.

> “Ma cure céto 2” – 75 recettes – 224 pages. 26,99 € Éditions Racine

Recettes de Ma cure céto - 2
Recettes de Ma cure céto - 2 ©© DR

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be