Le reportage met en exergue la recette addictive infaillible : la proportion entre le sucre et le gras.

Les chips, c’est 500 Kcal aux 100 grammes environ. Loin de l’aliment santé par excellence : trop de gras, trop de sucre, trop de sel. Un mystère demeure : à moins de faire preuve d’une volonté d’acier, beaucoup d’entre nous ont du mal à ne pas terminer le sachet une fois entamé.

Des études se sont déjà penchées sur le caractère addictif des chips, mais on a tendance à les considérer comme une légende urbaine. Le reportage diffusé par Questions à la Une montre non seulement comment sont fabriqués ces "aliments plaisir". Mais aussi comment, pour renouveler le marché, les fabricants se sont mis à exciter nos papilles en inventant des arômes toujours plus étonnants. Merci les exhausteurs de goût, accusés d’empoisonner notre corps.

Questions à la Une révèle surtout comment les chips sont étudiés de manière à devenir une véritable drogue. Au départ, le chips était un pétale de pomme de terre plongé dans la friture, et salé. Cette combinaison de gras et de sel la rend déjà très attractive pour notre cerveau.

Dans les années 70, la mise au point d’un nouveau procédé industriel, l’extrusion, a permis de mettre au point des snacks plus gonflés et croustillants, avec de nouveaux ingrédients, de nouvelles textures, de nouvelles formes. On est loin de la pomme de terre tranchée. Mais ces produits séduisants, ultra-transformés, ne sont-ils pas pires pour notre organisme que les chips à l’ancienne ?

Un scientifique explique que la proportion entre le gras et le sucre d’un chips fabriqué à notre époque est étudiée pour atteindre le dosage idéal pour provoquer une addiction.

Ces dernières années, les fabricants de chips montrent patte blanche avec une réduction en sel et une huile de tournesol. Pur argument marketing car les huiles de friture n’offrent aucun intérêt nutritionnel si ce n’est leur origine végétale qui en limite la teneur en acides gras saturés.

Qu’on ne s’y trompe pas : allégés ou non, soufflés ou frits, les chips devraient faire exploser le nutriscore même si certains arrivent à s’en sortir avec un C. Autant le savoir et les consommer en petits sachets de 25 grammes.

Autre sujet du jour dans Questions à la Une : "Bien dormir : un rêve inaccessible ?" par Paul-Henry Burion.