Food

Nicolas Tournay (31 ans), aux fourneaux du Mont-à-Gourmet à Gouy-lez-Piéton, a remporté le prestigieux Prix Prosper Montagné

Et le vainqueur est… Nicolas Tournay. A 31 ans, pour sa première participation, le chef carolo a décroché le prestigieux titre de Premier Cuisinier de Belgique – Prix Prosper Montagné 2020. Au menu obligatoire : de la plie, du cochon menapi et un dessert aux quatre ingrédients imposés (chocolat, marron, sorbet et poire). Petite histoire d’un succès qui fait (déjà) beaucoup parler de lui.

« Depuis ce concours (c’était en début de semaine à Bruges), le nombre des réservations explose au restaurant, affirme Nicolas. Cela fait évidemment un beau coup de pub pour le Mont-à-Gourmet mais nous possédons déjà une belle clientèle fidèle. Cela va sans doute attirer des curieux qui vont goûter notre cuisine.»

A peine trentenaire, il aime les concours. Pour se mettre en difficultés, pour s’améliorer, pour se confronter à un jury de professionnels.

« Quand vous avez Peter Goossens (chef du seul triple étoilé du pays Hof van Cleve) devant vous, cela amène un stress supplémentaire. Mais ce n’est perturbant que quelques minutes car le concours prend le dessus. »

Mais, en compagnie de son commis Tom Pirat (19 ans à peine), il a réussi à parfaitement gérer à la fois les techniques mais aussi le timing.

« Nous nous sommes entraînés en conditions réelles au restaurant lors de journées normales. Nous avons travaillé une technique à la fois de manière approfondie. Une fois au point, nous la mettions dans certains menus. Le plus compliqué ? Respecter la sortie de plats. La majorité des matières premières, nous les utilisons plus ou moins régulièrement. Seuls certains accompagnements imposés réclament tellement de préparation qu’ils ne peuvent pas être insérés dans une carte de restaurant.

En têtes d’affiche : Peter Goossens en président d’honneur et Arabelle Meirlaen (une étoile à Marchin) en tant qu’ambassadrice de l’édition 2020, le jury était composé de sept membres qui dégustaient les plats en salle à l’aveugle.

« Quand on participe à un concours, c’est évidemment en espérant le gagner. Ma fierté, c’est de porter la veste de chef aux couleurs de la Belgique et de figurer au palmarès du Prix Prosper Montagné aux côtés de Pierre Wijnants, Pierre Romeyer, Eddie Van Maele, David Martin ou encore le père et les fils Marit », relate celui qui est originaire de Villers-la-Ville mais vit à Fleurus depuis plusieurs années. Au-delà d’un restaurant qui fonctionne bien (une cote de 13/20 au guide Gault et Millau), il nourrit le secret espoir de participer un jour au Bocuse d’Or.