Emballer les aliments de manière à plaire aux plus jeunes pourrait permettre aux enfants de mieux se nourrir, c'est la conclusion à laquelle est arrivé une équipe de chercheurs de l'université de Bonn, en Allemagne.

"L'industrie agroalimentaire a une longue expérience du marketing pour augmenter la vente de ses produits auprès des enfants", explique le Dr Bernd Weber de l'université de Bonn. "En comparaison, on dispose d'une connaissance très limitée de l'application de tels effets marketing pour promouvoir des aliments équilibrés auprès des enfants."

Les scientifiques ont travaillé avec 179 filles et garçons, âgés de huit à dix ans, auxquels ils ont demandé de choisir entre trois encas à base de yaourt, fruits et céréales. La seule différence entre ces trois encas résidait dans leur emballage, le premier était neutre, le second neutre avec des informations de nutrition et le troisième arborait des personnages de dessin animé colorés et un nom de produit très attrayant. En recourant à un dynamomètre manuel, l'équipe de chercheurs a réussi à évaluer la motivation de chaque enfant pour se procurer ces encas. Sans grande surprise, c'est la barre au logo coloré et aux personnages de dessin animé qui a le plus attiré les petits. À en croire les données émanant des dynamomètres, les enfants ont fait plus d'efforts pour se procurer l'encas coloré, mais le plus intéressant est de remarquer que le goût de cette barre a aussi plus plu aux enfants, alors que les trois étaient identiques.

Le Dr Weber précise pour la revue Frontiers in Psychology que le fait d'avoir uniquement demandé quelle barre les enfants préféraient au goût n'aurait pas suffi à expliquer leur choix. "C'est un effet placebo de marketing classique", explique-t-il. "Comme dans le cas d'un médicament placebo, avec des effets attribués à certains produits, alors qu'ils ne sont pas justifiés par les ingrédients".

Au cours d'une étude d'inspiration similaire, des chercheurs du Cornell Food & Brand Lab (aux États-Unis) ont conclu que des présentations séduisantes d'aliments équilibrés dans les restaurants et les épiceries pourraient attirer les consommateurs.

À partir de 112 études portant sur les bonnes habitudes alimentaires, les chercheurs sont arrivés à la conclusion que la commodité, l'attrait et l'idée que manger sainement est quelque chose de normal seraient les trois conditions qui permettraient de convertir les amateurs de junk food.

Cette dernière étude a été relayée par la revue Psychology and Marketing.