Le bus de busfan.be roule vers le sud-est, entre Namur et le nord de la Champagne, sur une route qui nous mènera d’abord à Bergères-les-Vertus, tout près d’Epernay. Dans l’autocar confortable, les langues se délient rapidement. Personne ne se connaissait au départ, mais les voyageurs fraternisent aussitôt.

Dans l’autocar entre Namur et Bergères-les-Vertus, la conversation s’anime entre les participants et la guide, Benedicte Massart. © Busfan

Découvrir le voisin de siège

Il y a Martine, la tenancière d’un restaurant à Anhée, qui confiait au début « craindre de voyager avec autant de monde ». Mais elle se laisse vite gagner par la bonne ambiance. « Avec ce groupe, c’est déjà la franche rigolade! », dit-elle. Il y a Jeanine et Michel, un couple sympathique dont tout le monde va s’enticher – lui, un blagueur hors-pair ; elle, une âme généreuse avec qui on aura plaisir à discuter de ses origines italiennes. Il y a aussi François, Rachel, Patricia et Thierry, entre autres. La bonne humeur inonde le bus. Ce sera une belle semaine !

« En autocar, on se laisse porter, c’est moins fatiguant, et si un paysage magnifique apparaît à la fenêtre, on s’arrête pour voir », s’enthousiasme François, qui en est à sa première expérience de voyage organisé en groupe. « Oui, ça permet d’entrer dans l’intimité du territoire », ajoute Bénédicte Massart, guide qui accompagne le groupe et transmet tout son savoir au sujet des vignes, de la méthode champenoise et des beautés naturelles du coin. « L’histoire de la région qu’on est en train de sillonner est très riche, fait-elle remarquer. Des guerres successives et des luttes de territoires ont opposé longtemps la France et le Pays-Bas espagnol. »

Le groupe se prépare à des points de vue inusités sur Châlons en Champagne, dans une barque naviguant sur la Marne. © Busfan

Des vignes à perte de vue

Au petit matin, en route vers le centre d’interprétation sensorielle Pressoria, à Aÿ, on s’en met plein la vue. L’autocar emprunte le circuit de la Montagne de Reims en passant par Verzy, Verzenay, Rilly-la-Montagne et Champillon. Partout les vignes étendent leur long manteau vert et dessinent des lignes droites et nettes courant vers l’horizon. Ça donne envie de se projeter au loin et de rêver.

En observant ces rangées de vignes dont le reflet caresse délicatement les vitres du bus en mouvement, Bénédicte nous raconte les secrets de la Champagne. « Ici, le territoire s’est enrichi au fil des années de sédiments venus de la mer, notamment de craie et d’argile, et ça a permis de façonner un terroir exceptionnel. Mais, pour développer le vin pétillant mythique que l’on connaît, il a aussi fallu que des générations d’hommes fassent évoluer petit à petit la technique. C’est une histoire de perfectionnement perpétuel. »

Sur la colline du phare de Verzenay, la vue sur le village entouré de verdure. © Busfan

Des escales impromptues

Le bus s’arrête à Verzenay. Le groupe prend le temps de marcher près des vignes, de humer ses parfums enivrants. Devant nous, le phare de Verzenay s’érige fièrement. « C’est un phare qui sert à éclairer les côteaux, un moyen imaginé en 1909 pour faire du marketing pour le champagne », explique encore la guide.

Du haut de la petite colline où a été installé le phare, la vue sur Verzenay et ses environs est sublime. À gauche, un magnifique moulin. Droit devant, le village et ses vignes à perte de vue. La forêt qui empiète sur la ville. Et, au loin, Reims.

La météo n’est pas particulièrement clémente le jour de notre passage, mais ça n’empêche pas le groupe de profiter du panorama pour organiser une grosse séance photo improvisée. Tout le monde prend la pose. Les couples se mélangent sur les clichés. Les rires fusent. Mais le lieu invite aussi à la contemplation. En retrait, Philippe et Patricia observent l’horizon en se tenant par la main. Le paysage les sublime tout naturellement.

Vendangeurs au travail en montagne de Reims, quelque part sur la route entre Verzenay et Hautvillers. © Busfan

Vendangeurs au travail

On reprend rapidement la route. Le planning de la journée est chargé, après tout. Entre Verzenay et Rilly-la-Montagne, l’autocar croise de nombreuses petites camionnettes blanches qui amènent les vendangeurs cueillir les raisins et contribuer ainsi au procédé de la fabrication du champagne. En montagne de Reims et sur ses coteaux, ils sont nombreux et viennent parfois de loin pour vivre l’expérience unique des vendanges, se faire un peu d’argent et des rencontres qui durent parfois toute la vie. Sans oublier le plaisir de boire du champagne au quotidien... avec modération.

Les vendangeurs s’activent et, de notre bus devenu balcon de théâtre, on les observe mener leur ballet bien chronométré, enchaînant les gestes précis et délicats de la cueillette. Ils reviennent près des camionnettes les bras chargés de bacs de plastique débordant de raisins.

« Toutes les maisons font-elles leurs vendanges en même temps ? », demande Patricia. « Non, répond Bénédicte. Selon les côteaux, les ensoleillements sont différents. Et en fonction des assemblages, les périodes changent. L’idée est de retrouver chaque année un goût identique, tout dépendant si l’on veut un vin plus ensoleillé ou non. C’est un savoir-faire qui se transmet de génération en génération. »

Arrêt gourmand à Hautvillers, au restaurant Le 36, le temps d’une assiette de spécialités locales et de quelques verres de champagne. © Busfan

Plus tard dans la journée, l’autocar s’arrête à Hautvillers, l’un des plus jolis villages du coin. C’est ici que Dom Pérignon, moine bénédictin et bon vivant, affina à la fin du 17ème siècle le procédé pour rendre mousseux le vin de Champagne. Les petites rues serpentent jusqu’à une rue principale, où l’on devine une scène gastronomique foisonnante et où l’on fait du lèche-vitrine devant les épiceries fines et boutiques où abondent les bons produits locaux.

Le lendemain, on roulera vers des destinations plus urbaines. Epernay, capitale du champagne, puis Châlons-en-Champagne, ville patrimoniale où l’on délaissera un peu l’autocar au profit d’une balade en barque, dans le cœur historique et sous les méandres de la ville.

C’est aussi ça, le plaisir du voyage en autocar : on passe de la campagne à la ville en quelques minutes, embrassant pleinement le territoire et expérimentant la somme de ses possibles.

Infos pratiques :
- Partez vous aussi en voyage découverte! Retrouvez tous les voyages en autocar au départ de votre commune sur busfan.be

- Plus d’info sur les activités en Champagne et en Lorraine : www.explore-grandest.com

- Ce voyage en groupe a été proposé par Busfan.be et La DH, en collaboration avec Atout France, la région Grand Est, Van Hool, VSPA Voyages pour le guidage, et l’agence Lisela pour l’élaboration du programme.