Une tomate-mozzarella arrosée d'une généreuse rasade d'huile d'olive, le goût d'un poisson au four relevé par une huile bien forte en goût, une mayo, un houmous, et même en filet sur un morceau de pain avec du gros sel, l'huile d'olive c'est délicieux et cela fait partie de la cuisine partout dans le monde !
 
Et pourtant, il faudra peut-être y regarder à deux fois ces prochains mois car le prix de l'huile d'olive pourrait bien augmenter considérablement. 
Les raisons en sont multiples. D'abord, d'après le feed-back des spécialistes donné à Roel Dekelver, porte-parole du groupe Delhaize, " la distribution est confrontée est une hausse de la demande qui a explosé avec le confinement et le home-cooking". La demande de 2020 est bien plus importante que celle de 2019 et cela continue...
A cela s'est ajoutée une très mauvaise météo en Europe qui a affecté l'Italie et l'Espagne, les principaux fournisseurs d'olives : " L'année 2020 a été très sèche et de ce fait, les récoltes ont été réduites de moitié", expliquait ainsi le vice-président de la fédération de l'industrie et du commerce des huiles d'Olive en France. A cela, on ajoute le grand froid de janvier et voici l'offre qui a fini de seffondrer. Enfin, les producteurs français sortent de deux années de "petite production" et leurs stocks sont déjà bien entamés.

A priori pas de pénurie...

D'après la FEDICO, " Chaque société paye sont huile plus cher de 50% par rapport à il y a un an", la grande distribution sera donc également impactée. " Bien sûr, nous avons à supporter un impact non négligeable sur le prix d'achat", convient Roel Dekelver, " Mais nous allons faire en sorte de lisser notre marge sur ce produit pour que les prix restent accessibles. Il est encore trop tôt à l'heure qu'il est pour avoir une idée de l'augmentation des prix à la bouteille".
En revanche, le porte-parole se veut rassurant : " Nous avons des contrats de long terme avec des fournisseurs fidèles et de longue date et il n'y aura pas de pénurie d'huiles d'olive en magasin". Chez nos voisins français, on prévoit une hausse qui ne devrait pas dépasser 20% du prix.
Cette hausse des prix concerne toutes les qualités d'huiles puisque la matière première est la même : l'olive.