« BulkBar », littéralement « bar à vrac » en anglais, est un concept innovant né d’un constat éloquent. « Avant de me lancer dans l’aventure BulkBar, j’étais avocate, raconte Virginie de Selliers. J’avais de longues journées de travail et dès que j’avais un petit creux, je filais au supermarché le plus proche pour m’acheter quelques « crasses ». De là est née l’idée d’introduire dans les entreprises une alimentation saine, sans déchet et en vrac. »

Gilles Waterkeyn a rejoint BulkBar dans la foulée de sa création. « Après avoir passé 15 ans dans le domaine du financement audiovisuel, j’avais envie de lancer un projet entrepreneurial à vocation environnementale. J’ai alors démarré une activité de conseil en management environnemental. J’ai ensuite entendu parler de BulkBar, que je trouvais plus impactant que mon propre projet, et j’ai rejoint le navire. »

Vingt spécialités au choix

BulkBar propose 20 produits différents, parmi lesquels les clients en choisissent six. « Parmi les best sellers, citons les noix et graines croquantes, un mix de noix nature, le granola, les chips de banane... Nous avons également une référence de couscous avec juste de l’eau chaude à ajouter, pour un véritable lunch. Tout est bio et en vrac. Nous nous adressons, pour des raisons de débit, à des entreprises de 20 à 25 personnes au moins. »

Concrètement, BulkBar propose un service tout compris afin de faciliter au maximum la tâche aux entreprises. « Nous installons nous-mêmes un meuble de 60 X 60 X 200 cm où l’on trouve l’ensemble des en-cas. Ce meuble est pensé pour être complet et nous le réapprovisionnons à intervalles réguliers en fonction des besoins de l’entreprise. »

© BulkBar

Un concept unique

Trait particulier de BulkBar : le concept demeure exclusif à ce jour. « La formule que nous proposons - alliant zéro déchet et alimentation saine en entreprise - est encore unique en son genre. Les autres alternatives connues depuis bien longtemps sont les distributeurs classiques « à malbouffe » dont l’esprit est différent ou éventuellement les paniers de fruits frais, quoique ceux-ci puissent représenter une alternative complémentaire à la nôtre. »

De vrais points forts

Parmi ses atouts, BulkBar s’inscrit dans la mouvance actuelle : en effet, le vrac, le bio, sont furieusement dans l’air du temps. De plus, le service est complet et très apprécié par le client puisqu’il ne doit s’occuper de rien. « Les consommateurs BulkBar aiment aussi l’idée « zéro déchet égale zéro stress ». Notre intervention est en outre très discrète : nous nous faufilons comme de petites souris pour réapprovisionner le meuble avant de quitter les lieux aussi vite. »

Sensibiliser le plus grand nombre

En dépit de sa jeunesse, BulkBar a déjà gagné l’appel à projet « Zéro déchet » lancé par Bruxelles Environnement. « Grâce aux subsides que nous avons remportés, nous avons décidé de soutenir deux hôpitaux bruxellois en leur fournissant gratuitement pendant un mois nos produits en vrac. L’idée est de sensibiliser un grand nombre de personnes au zéro déchet et à l’alimentation saine, et leur montrer que des alternatives différentes sont désormais possibles. »

Des profils très différents

On pourrait imaginer que les clients fétiches de BulkBar œuvrent dans l’alimentation bio ou le développement durable, mais les profils sont en réalité très différents. « Nous comptons autant de bureaux d’architecture que de cabinets d’avocats, d’entreprises pharmaceutiques, que de sociétés de jeux vidéo ou de télécoms... Mais ces structures comptent toutes deux points communs : elles sont sensibles au bien-être des employés et à l’écoresponsabilité. Et il s’agit précisément des deux valeurs que nous défendons. Nous avons commencé par nous déployer sur Bruxelles, et ensuite la Wallonie. Il nous reste encore la Flandre et, pourquoi pas, l’international, dès que nous serons en mesure de nous développer davantage. Le concept est en effet tout à fait exportable. »

« BulkBar nous donne envie de nous lever chaque matin »

Virginie de Selliers et Gilles Waterkeyn sont tous deux ravis d’avoir réorienté leur carrière. « J’aime la diversification des tâches, observe Virginie. On peut se trouver en livraison le matin, et en réunion clients l’après-midi. Cette diversité est très stimulante. Bien-sûr, il y a aussi de petites difficultés à surmonter, mais nous préférons les considérer comme des challenges. »

« De mon côté, je suis enchanté par cette nouvelle aventure, embraie Gilles Waterkeyn. Le week-end, j’ai hâte de me retrouver le lundi matin pour planifier ma semaine. J’apprécie tout particulièrement les aspects manuels et plus administratifs, qui forment une combinaison parfaite. »

Tous deux s’accordent également sur la satisfaction d’un métier qui « fait sens ». « Notre projet présente un impact positif. De plus, les gens qui vont revenir progressivement au bureau après une longue période de télétravail apprécieront de pouvoir profiter des bienfaits d’un BulkBar. Un vrai cercle vertueux qui motive les troupes et améliore le bien-être, dans un esprit new way of working. »

Infos : www.bulkbar.be