Une question de perception des sens...

Non, ce n'est pas un challenge à la Top Chef ou une idée farfelue parmi d'autres. Des scientifiques ont remarqué que, privé du sens de la vue, on mange moins. Pour maigrir sans se restreindre, ils recommandent donc de prendre nos repas dans un endroit sombre ou de fermer les yeux.

C'est une question de perception. Lorsqu'on est privé du sens de la vue, notre cerveau se concentre davantage sur notre faim. Du coup, on réduit de 10 % sa consommation lors d'un repas, avec même la sensation d'avoir trop mangé. Publiée dans la revue Food Quality and Preference, cette étude a fait appel à 90 volontaires. Ils avaient pour consigne de ne pas grignoter deux heures avant de réaliser l'expérience. Le groupe a été divisé en deux, d'un côté ceux à qui les chercheurs ont bandé les yeux, de l'autre, les voyants. Au menu : trois bols de glace vanille au caramel et à la cerise, chacun pesant 95 g. Les cobayes avaient 15 minutes pour les dévorer.

A l'issue de cette expérience, les scientifiques ont pesé chacun des bols. Et le résultat est sans appel ! Les « voyants » ont en moyenne mangé 116 g par personne, contre 105 g pour les « non-voyants ». Et lorsque ces derniers ont été interrogés sur leur satiété, ils ont largement estimé leur consommation, à l'inverse des autres.

Voir son assiette pousse à la terminer

"Privés de la vision, les consommateurs se sont concentrés sur ce qu'ils ressentaient sur le moment et se sont arrêtés lorsqu'ils étaient rassasiés", explique le Dr Britta Renner, auteur principal de l'étude. Selon elle, voir son assiette pousse à la terminer car la vue d'un aliment donne envie de manger, même lorsqu'on a plus faim. Reste maintenant à trouver le truc pour ne pas en mettre partout. Le mieux, c'est donc sans doute de manger à la lumière, mais de réduire ses portions.