Food

Le chocolat, cet ami fidèle qui nous veut du bien a eu sa journée mondiale, l'occasion de revenir sur ce produit à part dont la culture n'est pas de tout repos...

Qu'on l'aime ou qu'on ne l'aime pas, impossible d'ignorer le fait que le chocolat a une place bien particulière dans nos vies. Ami réconfortant pendant les moments de déprime, ennemi de la planète à une certaine échelle, fierté belge et dérivé à n'en plus finir, il est présent tout autour de nous. Ce 1er octobre, une journée internationale lui était même dédiée. Retour sur cinq choses à savoir sur ce compagnon qui nous veut du bien.

Le chocolat est bon pour la santé...

Riche en magnésium et source de phosphore, potassium, fer ou zinc, le chocolat est un vrai atout pour lutter contre le stress et la fatigue. Il fait ainsi office d'antidépresseur naturel à condition de le prendre noir de noir. En plus, grâce aux flavonoïdes du cacao, il favorise la baisse du taux de mauvais cholestérol et aide à protéger des maladies cardio-vasculaires et de l'hypertension. Associé à des noix, vous pouvez booster votre apport en antioxydants. Mais comme pour tout, il ne faut

...Mais il est mauvais pour la planète

Avec son énorme besoin en eau (2400 litres pour 100 grammes de chocolat), il fait partie des aliments les plus gourmands en eau. En plus, comme le cacao n'est récolté que dans peu de pays à l'autre bout de la planète, on ne peut pas dire qu'il soit très local. De plus, en général, 70% du fruit du cacaoyer ne sont pas utilisés. En ne produisant le chocolat qu'à partir des fèves de cacao, c'est comme si on mangeait les pépins d'un citron et qu'on jetait le reste. Enfin, ça c'était avant que Barry Callebaut ne lance son chocolat zéro gaspillage .

© Charisse Kenion/Unsplash

Le chocolat blanc n'existe pas

Pour obtenir une belle barre de chocolat délicieuse, il faut du sucre, du beurre de cacao, mais surtout de la pâte de cacao qui donne le goût de cacao au chocolat. Sauf que dans le chocolat blanc, il n'y en a pas. Certains considèrent donc que le chocolat blanc ne mérite pas son appellation de "chocolat" puisqu'il ne contient que du beurre de cacao qui n'est pas issu de la fève de cacao broyée mais d'une substance que l'on trouve autour de la fève.

Il faut un an à un cacaoyer pour produire 10 tablettes de chocolat

Inutile de préciser que la consommation mondiale de chocolat fait pression sur la culture de celui-ci, sur les populations qui le cultivent et sur les écosystèmes qui les entourent.

© amirali mirhashemian/Unsplash

Le chocolat risque de disparaître

Le réchauffement climatique et l'augmentation de la température de plus de 2°C auraient des conséquences désastreuses sur la production de chocolat. Déjà pour le moment les producteurs du Ghana et de la Côte d’Ivoire voient la taille des fèves diminuer. Si la menace d'une pénurie de cacao reste une réalité, les raisons de sa disparition pourraient bien aussi être financières. Car qui dit des fèves plus petites, dit plus de travail pour le même résultat. Or, vu le prix très inéquitable auquel sont payés en général les producteurs de cacao, il y a des chances pour que, dans le futur, les jeunes se détournent de ce créneau qui ne sera plus si porteur.