Food

Le printemps arrive. Cela devrait nous réjouir, nous dynamiser, et pourtant nous manquons souvent de vitalité. Pas de panique, c'est plutôt normal. On vous explique.

L'hiver met notre organisme à rude épreuve. Et c'est sans compter notre quotidien stressant, les fêtes de fin d'année, les microbes, l'alimentation industrielle, la pollution, le sédentarisme, etc. Si notre corps est doté d'une capacité naturelle à s'auto-nettoyer, il arrive qu'il sature et qu'on doive l'aider à récupérer un peu de tonus. C'est donc le bon moment pour prendre soin de soi, se détoxifier et réintroduire de bonnes habitudes alimentaires. Il ne s'agit pas d'un régime amincissant, mais bien de purifier son organisme, chacun à son rythme. « Le nettoyage interne n'est pas un moment de privation de nourriture, mais plutôt un choix judicieux d'aliments pour soutenir les organes de la digestion, notamment le foie, et rétablir leur bon fonctionnement. C'est très instinctif, c'est quelque chose qu'on ressent. La nature fait de même. Il y a du renouveau et sans le savoir, nous sommes en harmonie avec elle », explique Aline Ways, spécialiste en nutrition.

© REPORTERS


Un aliment magique

Le climat change, les jours sont plus longs, nous éprouvons l'envie de respirer, de faire circuler l'énergie. Le mauvais réflexe, c'est de se lancer dans un régime hypocalorique qui fera certes perdre du poids, mais aussitôt en reprendre (comme la cure aux jus par exemple). Mais la nature est plutôt bien faite car « au printemps, les produits de saison apportent les micro-organismes nécessaires à notre flore intestinale et notre immunité. En hiver, ils nous aident à tenir, nous font prendre plus de poids. Manger de saison n'est pas uniquement un argument écologique, c'est aussi un geste naturel de santé ».

A l'arrivée des beaux jours, le système lymphatique a donc tendance à être encrassé. Pour débloquer la machine, il suffit de stimuler sa fonction biliaire. « La bile, c'est une sorte de Pac Man qui dégage les toxines, émulsifie les graisses et équilibre l'acidité. Lorsqu'elle n'est pas assez réactive, nous ressentons des lourdeurs, de l'acidité. Mais il existe un aliment magique pour la stimuler : la betterave ! Elle doit être consommée crue de préférence , en entier . N'en faites pas du jus, au risque de réduire les fibres. La pomme est excellente également . En prime , elle s'accorde vraiment bien avec la betterave. Les radis noir et les artichauts sont aussi de bons compagnons. Avec ces aliments, il est judicieux de consommer des aliments riches en fibres pour s'assurer que les toxines soient éliminé e s par le processus digestif. Et éviter ainsi que la bile, chargée de toxines, ne soit réabsorbée par l'intestin et r é acheminée vers le foie », explique Aline Ways.

© REPORTERS


Une alimentation adaptée au temps

Si en hiver, les plats mijotés sont délicieux et nécessaires, manger chaud (mais plus léger) reste d'actualité au début du printemps, car les températures sont toujours fraîches. « Bien entendu, on abandonne les mets lourds comme les raclettes et les carbonnades. O n opte plutôt pour les soupes légères et les feuillages qu'on consomme cuits, mais toujours craquants pour conserver leur vitalité », conseille la spécialiste.


Ce qu'on évite de manger

Cela ne va pas plaire à tout le monde et pourtant, il s'agit de respecter une certaine logique saisonnière. Au printemps, on évite les laitages. Pourquoi ? « Il suffit d'observer la nature. C'est la saison où naissent les veaux. A l'époque, personne ne touchait au lait qui leur était destiné. Ce n'est qu'au début de l'automne qu' ils sont sevrés. Du coup, les gens en profitaient pour fabriquer les yaourts et les fromages plus adaptés à la saison froide. Sans vouloir démoniser le lait, il s'agit d'un aliment d'hiver. D'ailleurs, les produits laitiers ne sont pas bons pour le foie et ce n'est pas le moment de le maltraiter », explique Aline Ways. « Pour les céréales, c'est pareil. On ne les récolte qu'à la fin de l'été pour en faire de la farine destinée aux plats à base de pâte en hiver . Les fruits quant à eux ne poussent pas encore puisque les arbres sont en fleurs ». Il va de soi qu'on évite également l'alcool, le café et le sucre. Et pour tout remettre en place et repartir du bon pied, on bouge ! Les balades, le jardinage, les sports en extérieur, complètent à merveille ce « nettoyage » de l'organisme.


Comment fonctionne notre machine intérieure ?

© REPORTERS

Le foie, les intestins, les reins, la peau, les poumons se présentent comme de véritables stations de purification. C'est grâce à ces organes que l'organisme peut se libérer de ses toxines. D'où viennent-elles ? Elles sont issues de la digestion et la dégradation des aliments, de substances chimiques (colorants, médicaments, hormones, pesticides), de la pollution, du stress, du sucre, de l'alcool, etc. Notre corps lutte sans relâche pour tout éliminer. Seulement, avec le temps, les déchets finissent par s'accumuler et la machine s'encrasse, un peu comme le filtre à huile d'une voiture. Les conséquences : problèmes de peau, baisse de tonus, tendance à tomber malade, migraines, problème de sommeil, etc.


La friction à sec au gant de crin

© REPORTERS

La lymphe, c'est le liquide qui s'achemine dans tout le corps et joue un rôle dans le transport de certains nutriments comme les lipides. Elle renforce aussi le système immunitaire. Pour l'aider à bien circuler, Aline Ways conseille la friction à sec (avant la douche) au gant de crin, sans y aller trop fort. Cette méthode stimule le système lymphatique, sensible juste en dessous de la peau. Boire de l'eau chaude est également bénéfique (les boissons froides créant un choc à l'organisme qui doit trimer pour se réchauffer et donc brûler de l'énergie). Petit conseil : remplir un grand thermos et se servir une tasse toutes les demi-heures.


Comment cuisiner la betterave ?

© Aline Ways

On prend une betterave (rouge de préférence) et une pomme. Les rapper finement et les assaisonner comme une salade, avec une bonne quantité de persil haché, du cerfeuil, un peu d'échalotes, etc. Si vous possédez une mandoline, vous pouvez cuisiner un carpaccio de betteraves et de radis daikon (avec de la pomme si vous le souhaitez). Vous y ajoutez de l'huile de sésame et des graines de sésame, vous poivrez. Vous pouvez éventuellement saler la betterave à l'avance pour la ramollir. Bon appétit !