La Miss Monde 1998 Linor Abargil, livre son histoire dans le documentaire "Brave Miss World". Violée à 18 ans, elle raconte son histoire et incite les victimes à faire de même.

"80% des viols commis ne sont pas signalés", dévoile l'Israélienne Linor Abargil. À l'âge de 18 ans, l'ex-mannequin a été agressée sexuellement. À l'époque, la jeune fille (devenue avocate, spécialisée en affaires criminelles) s'est rendue à Milan pour percer dans le mannequinat. Mais elle a fini par avoir le mal du pays, elle voulait retourner en Israël. Son agence lui a alors conseillé de prendre contact avec un agent de voyage, Uri Shlomo. Et comme le démontre l'issue de cette histoire, cet homme a profité de sa détresse,d'elle tout simplement. Menacée par un couteau et attachée, Linor Abargil était impuissante face à ses assauts.

Honteuse, elle a pourtant suivi les conseils de sa mère: aller à l'hôpital pour faire un test ADN et porter plainte. Six semaines après, la "représentante d'Israël" était en compétition pour être la Miss Monde 1998. Loin de vouloir oublier son drame, elle s'est activement servie de sa couronne pour encourager les femmes violées à dénoncer leur agresseur. Rester "muette" n'est pas une solution pour elle.

Un site pour témoigner

À travers le documentaire "Brave Miss World" de Cecilia Peck et d'Inbal B. Lessner, Linor Abargil raconte cette histoire. Avec ce film, elle continue son combat contre cette injustice. Et même si la médiatisation du procès de son agresseur a été "un second viol" pour l'ex-mannequin, cela ne l'a pas empêché de partager son expérience. Cette militante est ainsi devenue la "voix" que cherchent à suivre ces femmes désespérées.

Via le site "Brave Miss World", elles peuvent partager leur "histoire". "Une soirée trop arrosée où un garçon viole une fille alors que les autres vont faire le plein d'alcool". "Des abus sexuels commis par son propre frère." Des situations que deux femmes ont malheureusement connues. Une réalité accablante contre laquelle lutte Linor Abargil. À l'instar d'elle, on trouve la chanteuse Jeane Manson qui raconte son viol dans le livre "Une Américaine à Paris". Pour elle, les victimes doivent trouver "la force de se dégager de cette peine".

Et en Belgique?

En 2011, plus de 4000 viols, environ 11 par jour, ont été recensés en Belgique. Le site SOS VIOL, basé à Bruxelles, leur vient également en aide. Les femmes violées peuvent prendre contact avec eux par e-mail et téléphone.