Au Brésil, les hommes trouvent bien évidemment leur bonheur avec le Mondial. Les femmes, elles, ne sont pas en reste avec les soins de beauté et surtout...la "sloppy" manucure.

Au pays de la samba, la manucure est devenue un art. Une hygiène exemplaire s'ajoute à cela. Dans cette idée, les ustensiles non stérilisés comme les limes à ongles, sont donc jetés après chaque usage. Les gants à soin, contenant de la crème pour hydrater notamment la peau, ont la même fin. Un genre de manucure "sain" qui a banni les bassines pour éviter la transmission de maladies de la peau comme l'eczéma.

En Belgique, la majorité des femmes s'appliquent à mettre correctement leur vernis...sur leurs ongles uniquement. La manucure brésilienne, elle, propose une technique à part entière, la "sloppy manicure", signifiant "la manucure maladroite". Le concept est simple: le vernis est posé sur l'ongle ainsi que sur la peau à proximité. Les débordements sont ensuite nettoyés avec des cotons-tiges imbibés de dissolvant.

Un résultat proche d'une main de fée serait assuré. Avec la "sloppy" manucure, le vernis est appliqué au plus près de la peau. Une technique "maladroite" qui permettrait de le garder plus longtemps car il s'écaillerait moins.