“Il faut arrêter de traiter les vieux comme des enfants fragiles et séniles”

Vieillir avec panache, c’est déjà prendre conscience de sa valeur qui n’a rien à voir avec rides, arthrose et préjugés.

“Il faut arrêter de traiter les vieux comme des enfants fragiles et séniles”
©D.R./correspondant
"En 2000, c’était la toute première fois au monde que cinq générations ont franchi un millénaire ensemble ! Si ce n’est pas un symbole ça !", s’exclame de son accent québécois chantant Jocelyne Robert qui vient d’écrire, indignée par le sort des vieux durant le Covid, un livre comme un cri du cœur intitulé "Vieillir avec panache". "Et c’est bien parti pour rester ! Aujourd’hui, la courbe démographique s’est inversée et il y a davantage de plus de 65 ans que de moins de 25 dans les pays occidentaux. Alors l’âgisme, il va falloir y repenser à deux fois", remarque celle qui dit avoir rajouté à ce cri du cœur le cri de la raison : les vieilles et les vieux (comme elle aime à...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité