Télétravail et masturbation sont totalement compatibles (et c'est même conseillé pour la productivité)

La masturbation semble appartenir davantage à l’arsenal des pauses possibles quand on bosse de chez soi. Tout bénéf pour l’employeur comme pour l’employé.

E.W.
Télétravail et masturbation sont totalement compatibles (et c'est même conseillé pour la productivité)
©Shutterstock

Le télétravail a des avantages. On en parle souvent mais certains passent sous le radar. Lors de ses jours de télétravail, Karine sort son chien vers 11h, ça l’énergise. Sandra écoute les épisodes en VF de sa série Netflix même pendant qu’elle travaille “pour avancer, sinon ça traîne” et elle en éprouve un malin plaisir. Et Hélène, elle, s’est trouvé un nouveau passe-temps qui lui donne aussi un boost d’énergie : l’utilisation assez régulière de ses deux sextoys. “Je bosse vraiment autant qu’au bureau mais différemment. Mais bien sûr, comme au boulot, je me fais des pauses. Et à être seule à la maison, sans personne, j’ai ressenti quelque chose en moi il y a quelques mois, c’est arrivé de manière très spontanée : j’avais envie de sexe… Je me suis dit pourquoi pas, après tout, les jouets ne sont pas réservés qu’au soir ou au week-end !”, rigole-t-elle.

Les hommes sont plus coutumiers certainement : ils se masturbent 154 fois par an selon une enquête de la marque Arcwave, qui a lancé le premier masturbateur masculin à air pulsé, donc près de 3 fois par semaine. Et ça, c’était avant la pandémie…

Du côté des femmes, la sexologue Marie Tapernoux se rend compte de plus en plus que le sujet du plaisir solitaire est abordé beaucoup plus facilement : “Je rencontre encore pas mal de femmes mal à l’aise avec la masturbation. Mais j’en reçois aussi davantage qui veulent davantage explorer leur plaisir et me demandent conseil”, souligne-t-elle. Aujourd’hui, il est vrai que les orgasmes féminins sont plus faciles à atteindre de nos jours avec des technologies efficaces comme les Womanizer par exemple. Un moyen finalement très efficace pour décompresser et faire baisser le stress : “La libération d’ocytosine et d’endorphines produit un vrai sentiment de bien-être et de détente, cela calme les tensions”, poursuit la sexologue, “C’est tout bénéfice que de prendre un moment uniquement pour soi, d’écouter ses besoins physiologiques. Et si cela ne peut qu’aider à être plus serein et productif quand on télétravaille, c’est aussi utile pour entretenir, de façon plus globale son désir, sa libido. Et je dirais même que s’autoriser à prendre un moment de cet ordre chez soi, seul.e, cela permet d’augmenter son estime de soi : on s’est fait confiance, on se sent bien, et on n’est pas en attente de l’autre”.

La meilleure fréquence ? Il n’y en a pas : ce sera le matin pour se “mettre en jambe” pour certaines, pour se calmer après un coup de stress pour d’autre, en interlude pour passer d’une tache à une autre… ou pas du tout quand on n’en ressent pas l’envie ! En tout cas, la pause déj est propice : le site Refinery29 a fait une petite étude statistique et il s’avère que les articles les plus hot sont désormais lus aussi bien en soir ou de nuit que de jour, spécialement à l’heure de midi !

Pour certains, c’est même possible au travail ; En Suède, plus précisément, dans la société de production pornographique Erika Lust Films. Les 36 employés de la célèbre productrice de films pornos féministes ont le droit de se masturber pendant 30 minutes dans un lieu spécialement mis en place par la patronne. Erika Lust, avait en effet remarqué que ses employés étaient devenus agités après le confinement, mais aussi moins “performants” après leur retour au bureau…

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be