Stars des étés, voici comment bien prendre soin de vos melons

Le melon est un légume-fruit qu’apprécient tous les gourmets. Originaire des régions chaudes il est souvent difficile de mener à bon port sa culture en plein air. Par contre dans une serre ou sous couche bien exposée, la récolte est souvent très bonne à condition que la fécondation des fleurs soit de qualité.

Mark Knaepen
Stars des étés, voici comment bien prendre soin de vos melons
©stock.adobe.com

Abeilles et bourdons indispensables !

Le melon est une plante dite monoïque, c’est-à-dire qu’elle possède des fleurs mâles et des fleurs femelles sur le même pied. Chez ce légume-fruit une excellente fécondation des fleurs est indispensable et ce sont les abeilles et les bourdons qui sont ici les plus efficaces. C’est après avoir constaté que la nouaison (moment où l’ovaire de la fleur se transforme en fruit après la pollinisation) est bonne qu’on peut penser à l’éclaircissage si ce dernier s’avère nécessaire. Cet éclaircissage se fait quand les fruits ont la grosseur d’une noix. Suivant les types de melons, on garde deux fruits chez les célèbres cantaloups, trois ou quatre chez les melons brodés et six à sept pour les variétés à petits fruits.

Des arrosages réguliers

Pour réussir la culture du melon, le sol doit rester bien humide mais sans excès. Un paillage permettra de limiter l’évaporation de l’eau du sol et par conséquent les arrosages. Un apport d’un engrais organique riche en potasse, un élément qui favorise la floraison et la fructification, sera nécessaire. Vous pouvez utiliser à cet effet un engrais spécial tomates puisque ces dernières ont les mêmes exigences que les melons. Une taille est aussi conseillée pour favoriser les ramifications et la fructification. Cette taille se terminera en pinçant les tiges pourvues de melons à deux feuilles après le dernier fruit. En cas d’attaque d’oïdium, la pulvérisation d’une solution à base de lait écrémé réglera vite le problème.

Stars des étés, voici comment bien prendre soin de vos melons
©stock.adobe.com

Quand faut-il les récolter ?

Il n’est pas toujours aisé de savoir quel est le moment idéal pour récolter les précieux fruits ; or, c’est extrêmement important si on souhaite profiter au maximum de leurs qualités gustatives. Certains signes peuvent nous y aider : la coloration de l’épiderme vire au jaune, le fruit dégage un parfum on ne peut plus typique, le pédoncule (petite "queue" reliant le fruit à la tige) est cerné par une petite crevasse, la feuille située juste au-dessus du melon fane ou encore le melon se détache sans problème si on le soulève délicatement.

Excellent fruit d’été, le melon est très rafraîchissant et, cerise sur le gâteau, il est particulièrement riche en provitamine A et sa teneur en vitamine C est aussi intéressante

La Plante de l’été : l’échinacée

Les Echinacea font partie de ces plantes vivaces indispensables des massifs estivaux. Si auparavant les coloris se limitaient au blanc et au rose violacé pour les Echinacea purpurea, il est maintenant possible d’acheter de vraies merveilles aux coloris parfois très chauds. Ainsi Tomato Soup rappelle vraiment la couleur de la soupe à la tomate, Piccolino produit une multitude de fleurs très doubles d’un rose lumineux, Summer Breeze est jaune vif, The King est carmin avec un feuillage très foncé et ce ne sont là que quelques exemples parmi la diversité des Echinacea vivaces. Ces vivaces sont non seulement belles mais aussi assez faciles de culture. Le sol doit être bien drainé (un sol humide en permanence entraîne la pourriture rapide des racines) et suffisamment pourvu en matières nutritives. Bien résistants à la sécheresse, ils ne nécessitent pas des arrosages abondants durant la période estivale ce qui est un atout supplémentaire. À l’automne, quand la floraison est terminée, il faudra rabattre les plantes pour les renforcer et obtenir des touffes encore plus denses l’année suivante. Les Echinacea exigent le plein soleil, mais non brûlant, pour fleurir en abondance. Aucun souci à se faire pour la période hivernale puisque leur rusticité est excellente. Tous les 4 ans, il faudra penser à diviser les touffes afin d’éviter un épuisement de la plante et du sol. Cette opération peut se faire soit en octobre, soit en mars.

Stars des étés, voici comment bien prendre soin de vos melons
©stock.adobe.com

Des plantes extraordinaires : Une herbe au parfum de citron

La plante ressemble à une touffe de chiendent et ce n’est pas très étonnant puisqu’elle fait partie de la grande famille des poacées. Son nom : Cymbopogon citratus. Elle est aussi populairement appelée verveine des Indes ou encore Sereh. Cette vivace est originaire de l’Inde et du Sri Lanka où elle atteint une hauteur comprise entre 1,5 et 2 m. Les tiges poussent en touffes denses et poursuivent leur croissance en produisant des feuilles très longues et à l’extrémité pointue. Seul bémol, sa rusticité qui nous oblige à cultiver cette merveille citronnée dans un grand pot. En effet, et ses origines géographiques l’expliquent parfaitement, elle exige un emplacement ensoleillé, de la chaleur et un sol bien fertile. Le Cymbopogon citratus dépérit assez rapidement dès que la température descend en dessous de 6-7°C. Pas question donc de laisser les plantes en extérieur pour la mauvaise saison.

Stars des étés, voici comment bien prendre soin de vos melons
©stock.adobe.com

De multiples usages

Ses utilisations sont nombreuses et diversifiées. En cuisine, séchée ou fraîches, elle donne une excellente infusion mais c’est dans les plats de l’Asie du sud-est qu’elle est le plus utilisée notamment avec le poisson ou la viande. Elle aromatise le riz, les poivrons, le bœuf, le porc et certains potages. D’un point de vue médicinal la verveine des Indes possède des vertus bactéricides et permet aussi de lutter contre certaines mycoses. En cas de fièvre, une infusion de cette citronnelle favorisera la transpiration et accélérera la guérison. Vous avez une digestion lente ? Pensez aussi à cette plante magique. À noter que seuls les dix premiers centimètres de la feuille fraîchement coupée sont utilisables, et ce, aussi bien pour les infusions que pour parfumer les plats. L’huile essentielle de Cymbopogon est aussi largement employée notamment en massage parce qu’elle favorise la circulation sanguine et tonifie les muscles. Évidemment cette huile essentielle éloigne les moustiques et est bien plus efficace que notre mélisse officinale ou fausse citronnelle. Si vous possédez un gros plant de Cymbopogon citratus, vous pourrez le multiplier par division au printemps.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be