Lorsque les monarchies se serrent les coudes

Au lendemain du décès du roi Constantin de Grèce, ses fils les princes Paul, Nicolas et Philippos ont rencontré le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis pour tenter de négocier des funérailles nationales mais le veto gouvernemental fut implacable.

Régine Salens
Family members, attendees and clergymen gather around the coffin during the burial ceremony of the late former King of Greece, at the Tatoi estate, north of Athens, on January 16, 2023. (Photo by NIKOLAS KOMINIS / HANDOUT / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / HO / Glucksburg Family" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Constantin de Grèce n’avait, à leurs yeux, régné que trois ans il y a plus d’un demi-siècle. Les funérailles devaient donc être celles d’un citoyen lambda, Constantin ne disposait plus d’un passeport grec avait tenu...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité