Energie débordante, calme absent voire maladresses répétées, voici une sélection de sports efficaces tout bénéf pour les hyperactifs.

Il existe deux sortes d'hyperactifs : les primaires et les secondaires. Les premiers, dont les symptômes apparaissent dès la naissance, font preuve d’une énergie largement supérieure à la moyenne. Ils rencontrent donc de grandes difficultés pour rester calmes. A l’extrême, ils peuvent également être victimes d’une grande maladresse due à des influx nerveux incontrôlés qui rendent la maîtrise du mouvement aléatoire.

Les seconds, qui représentent 90% de l’ensemble, présentent une hyperactivité qui se développe souvent dans le cadre d'une éducation sans cadre, aux règles floues où la liberté est reine. Elle n'est donc pas innée mais acquise. Ceux-là présentent ainsi, en plus d’un trop plein d’énergie toujours présent, des difficultés à se fixer des limites, un côté sauvage, indomptable.

Dans les deux cas, une pratique sportive régulière peut aider à soulager ces symptômes.

Les sports de concentration

Le tir à l’arc, comme toutes les activités de précision, est particulièrement recommandé pour les hyperactifs de la première catégorie. Il va permettre, par la concentration intense qu'il réclame, l'apprentissage du calme, de la maîtrise de soi et de la patience. En outre, grâce à l’alternance de phases de contractions et de relâchements musculaires, il s'avère très efficace dans l’apprentissage du mouvement juste. Idéal donc pour forcer l’hyperactif à ne pas se laisser emporter par ses pulsions, par ses envies incontrôlées de bouger. Les spécialistes conseillent également de coupler ces sports de concentration avec d’autres plus explosifs (volley, boxe, rugby...) afin de libérer le trop-plein d'énergie.

Le yoga

Il s’adresse aux deux types d'hyperactifs. Par son travail sur les mouvements lents, sur la respiration, il va emmener progressivement vers une meilleure maîtrise des émotions, vers l’apprentissage du calme et de la patience. Son travail sur la précision des gestes est particulièrement indiqué pour ceux qui rencontrent des problèmes de maladresses répétées.

Golf, tennis, escrime

Les hyperactifs de la deuxième catégorie, surtout les enfants, présentent comme caractéristique essentielle d’avoir des problèmes de comportement récurrents et pénibles pour l’entourage. Des sports, où la tradition, l’histoire, le respect des règles et de l’adversaire sont des valeurs fortes, conviendront à merveille. D’où l’idée se s’initier au golf, au tennis ou à l’escrime. Ces activités vont progressivement permettre d’intégrer la notion de cadre et des règles de conduite. Ils fusionnent de plus, particulièrement le tennis et l’escrime, une dimension explosive qui, là encore, sera très utile pour libérer l’énergie en surplus.

Remerciements à Karine Noger, directrice de l'Institut de Ressources en Psychologie du Sport (IREPS)