La suite de la série "A chacun son sport" nous amène dans le monde discret et secret des timides. Besoin de s’affirmer, peur de l’autre, problème de socialisation, des sports bien choisis permettent de surmonter tous les obstacles.

Il existe plusieurs timides et également plusieurs manières de réagir face aux situations délicates. La première étape, lorsque l’on cherche un sport qui s’adaptera à son tempérament, sera donc de définir précisément le profil du candidat à l’activité sportive : de quoi a-t-il peur ?, quelles sont les situations où s’exprime sa timidité ?, de quelle manière réagit-il face au stress induit par ces mêmes situations.

Karine Noger , psychologue et directrice de l’Institut de Ressources en Psychologie du Sport (IREPS) définit ainsi plusieurs catégories de timides. Si tous ont peur du regard des autres, certains ont un problème de socialisation avec une peur du groupe, d’autres n'arrivent pas se dépasser, d’autres encore manquent de confiance en eux.

Confrontés à ces situations délicates, certains resteront muet, bloqués, d’autres deviendront agressifs, les troisièmes préférant la fuite. Soit autant d’informations qu’il faut prendre en compte pour adapter le sport.

Les sports collectifs

Ils sont excellents pour la socialisation. Plongé dans un groupe, le timide pourra ainsi améliorer son rapport à l’autre, prendre conscience de son interaction, ce qu’il reçoit, ce qu’il peut apporter. Ces sports sont particulièrement recommandés pour ceux qui souffrent d’un manque de confiance en eux. Par ailleurs, la responsabilité de l’échec étant partagée par le groupe, elle sera beaucoup mieux vécue par le timide qui ressentira moins la culpabilité qui pouvait le paralyser jusque-là.

Les arts martiaux

Ils s’adressent particulièrement à ceux qui ont besoin de faire un travail sur eux-mêmes, de prendre conscience de l’ensemble de leurs capacités, de leurs forces et faiblesses pour ensuite agir à bon escient. Egalement, à ceux qui ont un problème de maîtrise des émotions et qui sont ainsi sujets à la panique. Les arts martiaux se partagent en deux grandes catégories, les arts martiaux dits "externes", plus portés sur le combat (Karaté, Judo, Kung fu Wushu…) et les "internes" (Qi Gong, Tai Chi Chuan…) qui privilégient davantage la méditation, la spiritualité, le développement personnel. C’est cette deuxième catégorie qu’il faudra viser en priorité.

Les sports explosifs

Ils s’adressent surtout aux timides qui réagissent de manière violente quand ils sont confrontés aux situations difficiles. Entrent dans cette classification, toutes les activités de sprint que l’on peut pratiquer aussi bien dans l’athlétisme, la natation, le cyclisme, également au rugby, au handball ou au basket mais aussi dans des sports de combats comme la boxe. Ces pratiques leur permettront de décharger l’énergie négative. La dimension "contact", que l'on retrouve dans le rugby ou la boxe favorisera la confrontation à l’autre et le dépassement de soi.