Huit entreprises d'internet propriétaires de 13 sites de rencontres dont "Meetic", "Attractive World" ou "Adopte un mec" ont été mises en demeure ce mardi par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) de modifier leur pratique concernant le fichage de leurs clients.


Un geste qui intervient très peu de temps après le scandale Boulanger, dont les fichiers clients étaient truffés d'annotations malveillantes.

Treize sites de rencontre en ligne (dont Marmite Love, "Easyflirt", "Rencontre obèse", "Forcegay", ...) ce n'est pas rien surtout que les trois grands du secteur "Meetic", "Attractive World" et "Adopte un mec" possèdent des fichiers par millions. Le gendarme français d'Internet leur reproche d'avoir fait preuve de liberté, voire de légèreté, au moment de recueillir des informations "sensibles" sur leurs clients et de les ficher.

Ainsi, les modérateurs d'"Adopte un mec" se seraient permis des commentaires très tendancieux sur certains des fichiers reprenant les informations de quelque 2700 clients ! La Cnil fait état de la mention "pute" sur 131 fiches client et "boulet" sur 2588 autres...

Pour la Cnil, ces sites de rencontre collectent également des informations extrêmement précises et "sensibles" comme "la communauté sociale, ethnique ou religieuse, la localisation géographique, l’appartenance physique, les pratiques sexuelles ou les opinions politiques"; Or, les clients ne se rendent pas vraiment compte de ce qu'ils donnent à savoir.

« Il est important que les internautes aient conscience de la protection attachées à ces données qui relèvent des éléments clefs de leur intimité », souligne le gendarme d’internet, qui suggère aux sites la mise en place d’une « case à cocher permettant aux internautes de se rendre compte de la sensibilité des données qu’ils renseignent", estime la Cnil.

"La sécurité de nos donnée a toujours été une de nos préoccupations principales", a immédiatement réagi Alexandre Lubot, directeur général du groupe Meetic pour qui les recommandations de la Cnil relèvent plus "du perfectionnement que du manquement".