Il y a 100 ans, le 28 décembre voyait le jour la princesse Antoinette, Louise, Albert, Suzanne de Monaco, premier enfant de la princesse Charlotte, duchesse de Valentinois et du prince Pierre de Polignac. L’avenir de la dynastie Grimaldi était donc assuré.

Le futur prince Louis II était sans descendance et l’on commença à s’alarmer que le trône de Monaco puisse alors passer entre les mains d’un cousin allemand le duc d’Urach. En vertu d’accords entre Monaco et la France, la Principauté perdrait sa souveraineté si le trône était dévolu à cette branche allemande.

Le prince Louis avait eu une idylle avec Marie Juliette Louvet lorsqu’il était en garnison en Algérie. Une fille prénommée Charlotte était née en 1898 à Constantine. Elle fut légitimée par son grand-père le prince Albert I en 1911 et adoptée en 1919 par son père.

Mariée en 1922 au prince français Louis de Polignac, elle donna deux ans après la naissance d’Antoinette, l’héritier mâle tant espéré : le futur prince Rainier III. Le couple se sépara en 1930.

Charlotte ne se montra jamais intéressée par son destin princier. Elle avait rempli sa mission et décida donc de renoncer au trône en 1944. En 1949, Rainier succéda à son grand-père.

Antoinette fut une princesse rebelle de son époque. En 1943, elle s’enticha d’un lieutenant allemand basé à Monaco pendant la Seconde Guerre Mondiale, qu’elle voulut épouser, ce qui lui valut le veto de son grand-père.

Elle se mit ensuite en couple avec le champion de tennis Alexandre Noghès avec qui elle eut trois enfants Elizabeth-Ann (1947-2020), Christian (1949) et Christine-Alix (1951-1989)… sans être mariée ! L’union civile qui fut célébrée à Gênes en 1951, se solda par un divorce en 1954.

La princesse, titrée baronne de Massy, tint le rôle de Première Dame auprès de son frère jusqu’au mariage de celui-ci en 1956 avec Grace Kelly. On soupçonna Antoinette d’ourdir pour placer son fils Christian (alors seul héritier) sur le trône. Il y eut en tous les cas des tensions familiales à cette époque. Elle se remaria en 1961 avec l’homme politique monégasque Jean-Charles Rey.

Avec les naissances de Caroline, Albert et Stéphanie, Antoinette fit un pas de côté et se consacra avec beaucoup d’énergie à la Société protectrice des animaux. Elle quitta la principauté pour s’établir à Eze-sur-Mer. En juin 1983, elle épousa le danseur étoile John Gilpin qui décéda six semaines plus tard.

Antoinette fut toujours très proche de ses neveux et était présente lors des grands événements à Monaco. Elle s’est éteinte le 18 mars 2011 à l’âge de 90 ans, quelques semaines à peine avant le mariage du prince Albert et de la princesse Charlène. Elle est inhumée dans la chapelle de la Paix, auprès de ses parents.