Entre le jelqing et l’injection d’huile, il existe des techniques aussi absurdes que dangereuses.

Vous avez déjà pensé à faire agrandir votre sexe, Messieurs ? Par souci esthétique ou par véritable complexe ? Selon la société internationale de la médecine sexuelle, certains hommes peuvent être complexés par la taille de leur sexe et le trouver trop petit. "Beaucoup d’hommes pensent que la taille de leur pénis représente leur virilité. Mais dans de nombreux cas, les hommes qui pensent que leur pénis est trop petit ont en réalité un pénis de taille normale", explique l’association. Mais comme le pouvoir de persuasion est plus fort que tout, les plus complexés maintiennent qu’ils doivent agir pour atteindre une taille plus "respectable". Et cela fait place à de nombreuses dérives, qui peuvent se révéler aussi inutiles que dangereuses. Mieux vaut être prévenu.

Ne testez pas le "jelqing"

Dans cette compétition de celui qui aura la plus grosse, une technique s’est propagée dernièrement promettant soi-disant d’agrandir le pénis. Son nom ? "Le jelqing". La démarche semble grossière : encercler son engin de son pouce et son index lorsqu’il est en semi-érection et tirer dessus dans un mouvement qui ressemble fortement au geste utilisé pour traire une vache. L’idée serait d’accentuer l’afflux sanguin pour provoquer une plus grande érection et de créer des micro-trous dans le pénis qui, en guérissant, créeraient de nouvelles cellules ce qui aurait comme effet d’agrandir le sexe.

Sans surprise, les professionnels de la santé crient à l’arnaque et appellent à la plus grande vigilance. Au-delà de n’avoir aucune base scientifique, cette pratique pourrait carrément s’avérer dangereuse. Elle engendrerait un risque accru de développer la maladie de La Peyronie qui se traduit par une courbure du pénis le déformant et empêchant d’avoir des relations sexuelles.

Des injections inutiles

Dans un autre registre, certains hommes ont testé l’injection d’huile dans leur sexe, sans grand succès. En Papouasie-Nouvelle-Guinée, plusieurs centaines d’hommes se sont retrouvés à l’hôpital ces dernières années après s’être injecté de l’huile de coco, de tournesol ou du silicone, rapporte le magazine Slate. Mais de telles pratiques ne sont pas sans conséquence : gonflements, bosses sur le pénis et les testicules, ulcères et irritation sont autant d’effets secondaires d’un traitement "fait maison" totalement inefficace.

Outre-Manche, la BBC explique que c’est l’acide hyaluronique qui est privilégié. Et, ce, de manière un peu plus professionnelle. Il permet d’agrandir la circonférence du pénis au repos en l’espace de quelques heures seulement et pour une durée de 18 mois.

Dans tous les cas, si certains traitements fonctionnent, ils s’accompagnent presque inévitablement d’effets secondaires. Du côté de la société internationale de la médecine sexuelle, on préconise plutôt de rencontrer un docteur ou un thérapeute avant d’essayer toutes sortes de techniques inutiles.