Lancée le 2 novembre 2020, le 1er jour du reconfinement, l'initiative de ce photographe bruxellois a rapidement rassemblé. Chaque jour, près de 200 personnes commentent et partagent son travail, partagé sur sa page facebook .

Avocat depuis plus de 30 ans, Benoît Feron s'est peu à peu laissé gagner par une passion dévorante pour la photographie. En 2010, le photographe réalisait un livre, "Visage d'avocats", mêlant ainsi ses deux métiers. Cette fois, c'est dans un tout autre registre qu'il se plonge. 

Le photographe explique avoir régulièrement poster sur sa page Facebook lors du premier confinement. " Souvent, vers 18-19h, je prenais mon vélo, je remontais le canal de Bruxelles jusqu’à Tour & Taxis où j’arpentais la ville avec mon boîtier, pour faire des photos mettant en évidence la couleur et la lumière pour combattre la déprime ambiante, nous explique-t-il. J’ai commencé à poster cela sur Facebook pour donner de la couleur et du rêve aux gens et les aider à combattre la sinistrose".


Après avoir reçu un message de remerciement et lors de l'annonce du second confinement, le projet de Benoît Feron se dessine. Il se décide : " Je me suis dit que j’allais envoyer du rêve aux gens et les faire voyager à travers le monde aussi longtemps que ces mesures restreignant nos libertés s’appliqueraient ", se rappelle le photographe. Ni une, ni deux, le projet se met en place : c'est grâce aux milliers de clichés amassés pendant 15 années de voyage et de photographie que Benoît Feron décide de mettre du baume au cœur des gens.

Des images... et des récits

Dans sa publication partagée le 2 novembre, première de la série, le photographe explique sa démarche : " J’ai décidé d’essayer de poster une photo par jour pour alimenter votre quotidien, avec de la couleur, du rêve, de l’inattendu parfois, en puisant parmi mes disques durs et ces milliers de photos prises un peu partout du temps de cette époque où nous pouvions voyager… Pour vous emmener autour de notre terre ".

Après près de 100 jours, c'est un rendez-vous attendu par beaucoup. " A ce jour, j’ai posté des images prises dans 33 pays différents, sur de très nombreux thèmes, allant d’un voyage dans l’URSS communiste à une séance de scarifications dans un village au milieu de la Papouasie, en passant par les icebergs d’Antarctique ", explique-t-il.

Mais le photographe prévient : " Je dois vous avouer qu’il ne faut pas que cette situation s'éternise car mes réserves ne sont pas infinies et certains jours, en me levant, je me demande parfois ce que je vais publier…. Mais il me reste encore quelques réserves heureusement ".

Sous les publications, les internautes sont séduits. Chaque jour, près de 200 personnes commentent les photos et récits partagés par Benoît Feron. Quant à la possibilité d'en faire un livre, le photographe confie en rêver : " Je suis en train d'y réfléchir... Mais c'est sûr que j'en ai vraiment envie. Il y a quelque chose à dire et à montrer, il faut juste trouver l'éditeur et la formule".