Magazine

A travail égal, les femmes continuent d'être moins bien payées que les hommes dans la majorité des secteurs. Une réalité qui prend tout son sens lorsqu'on réalise que la femme perd environ 2 mois de salaire annuel par rapport au représentant de l'autre sexe.


A partir du lundi 2 novembre, les femmes européennes travailleront sans être payées alors que les hommes, eux, continueront de recevoir leur salaire jusqu'au 31 décembre. Injuste? Evidemment! En moyenne, le salaire horaire d'une femme est 16,3% moins élevé que celui d'un homme dans l'Union européenne. Par année, cela représente donc 59 jours de travail payé en moins pour la gent féminine.

A cette occasion, trois commissaires européens, Frans Timmermans, Věra Jourová et la Belge Marianne Thyssen ont rappelé que "l'égalité entre les hommes et les femmes constitue une des valeurs fondamentales de l'Union européenne, même si elle n'est pas encore une réalité partout en Europe. L'écart de salaire entre un homme et une femme est injuste, inacceptable et injustifié sur le court terme. A long terme, il est accumulé sur toute la carrière d'une femme, ce qui a des conséquences sur sa pension".

"La différence salariale diminue si peu qu'il faudra encore attendre 70 ans pour arriver à un salaire équivalent, ce n'est pas l'affaire d'une génération mais de deux. C'est l'affaire de tous!" , ont-ils martelé.

Notons qu'en Belgique, la différence salariale est moins importante que dans le reste de l'Europe. Ainsi, l'écart horaire moyen entre un homme et une femme était de "seulement" de 9% en Belgique en 2015 (comparé à la moyenne européenne de 16,3%). Cela signifie donc que les femmes belges travailleront gratuitement à partir du 30 novembre.