Même si on annonce prochainement une baisse des températures, skier dans l’est du pays reste aléatoire, mais la Communauté germanophone ne manque pas d’atouts.

Si la semaine dernière, nous vous emmenions à la Côte, cette fois, nous vous rencardons sur quelques lieux à découvrir à l’autre bout du pays, un endroit où, en principe à cette saison, le blanc domine. Mais les températures douces de ces dernières semaines n’y ont pas permis de vivre un Noël blanc. Alors que faire pour occuper ses journées, en dehors des balades dans les Hautes Fagnes ? Les neuf communes germanophones ne manquent pas d’atouts, à commencer par un vaste choix de logements pour toutes les bourses et tous les goûts.

1. Situé à Bullange, Hergesberger plus précisément, sur la frontière avec l’Allemagne, l’Ardenner Cultur Boulevard abrite une variété de musées et de nombreux loisirs. Vous pourrez y boire et manger, mais aussi y loger. Parmi les musées, ARS Krippina présente une série de crèches de Noël en provenance du monde entier, ce qui offre un aperçu des cultures différentes pour un même thème. ARS Figura vous plongera pour sa part dans le monde des poupées, avec la reconstitution d’un quartier de ville tel qu’on en rencontrait au XIXe siècle. Les fondus de trains miniatures ne manqueront pas ARS Tecnica, avec l’une des premières maquettes ferroviaires à commande numérique d’Europe. 2000 m de rails y ont été posés et plus de 100 trains y circulent au milieu de paysages et aménagements extraordinaires. Ce sont plutôt les pierres précieuses qui vous fascinent ? pas de problème avec ARS Mineralis : minéraux, fossiles, bijoux, remèdes naturels, idées cadeaux et objets d’art et de design au programme. L’ambre y est à l’honneur pour le moment avec de splendides bijoux. Quant à ARS Ardenn, elle propose une galerie d’art sur 2 800 mètres carrés. La galerie peut se transformer en lieu de séminaires ou de cours. Artistes, collectionneurs exposants ou locataires y trouveront certainement leur bonheur.

2. À Eupen aussi, les crèches font l’objet d’un circuit. Un dépliant est disponible auprès du bureau d’information touristique de la ville. Tant qu’on est dans la ville principale des cantons, une petite halte au centre nature qu’est la maison Ternell s’impose. Promenades guidées, animations sur le thème de la nature, sans oublier un musée sur la fagne et la forêt y sont au menu. Et puis, le lieu se transforme en centre de location de skis et point de départ des pistes lorsque le tapis de neige est suffisamment épais (ouverte tous les jours de 10 à 17h).

Toujours à Eupen, les amateurs d’art contemporain trouveront de quoi satisfaire leur appétit en se rendant à l’IKOB, qui propose jusqu’à six expositions temporaires par an, sans compter les 800 œuvres issues de la collection privée de ce musée. (www.ikob.be). Jusqu’au 19 janvier, elle propose des œuvres issus du "Prix d’art pour l’art féministe", avec des artistes, femmes et hommes, ayant mis en avant les idées et idéaux féministes.

3. Malmedy compte deux musées importants, avec Baugnez 44 Historical Center, particulièrement mis en avant à l’occasion des 75 ans de la Bataille des Ardennes, et qui rappelle notamment le massacre qui s’y est déroulé. Quant au Malmundarium, avec ses 3000 m2, c’est bien plus qu’un musée, c’est une plongée dans l’histoire au cœur de ce qui fut le monastère de Malmedy. Les férus d’histoire se rendront à l’historium et au trésor de la cathédrale, de folklore, à l’atelier du carnaval, et de patrimoine industriel, aux ateliers du cuir et du papier. L’exposition "De bâbord à tribord" (jusqu’au 16 février 2020) vous plongera dans l’univers de la mer avec les œuvres d’André Paquet, peintre autodidacte qui depuis sa plus tendre enfance rêve de la mer, des bateaux et de tout ce qui touche aux océans.

4. Un autre musée, à Saint-Vith cette fois, vous plongera dans l’histoire régionale, dans l’ancien bâtiment de la gare de la localité, datant du XIXe siècle. On y remonte au temps des Celtes et des Romains. Sont aussi présentés des objets retrouvés lors de fouilles au château de Schönberg. Et puis l’histoire plus récente de cette région frontière ayant connu bon nombre de périodes agitées vous est contée par le menu. Ouvert tous les après-midi.

5. Raeren accueille pour sa part un musée de la Poterie dans son splendide château médiéval (XIVe siècle). Les grès de Raeren ont connu un très grand succès au cours des siècles, en particulier à la Renaissance où les potiers locaux adoptèrent une toute nouvelle technique pour réaliser leurs cruches.

6. Région minière, l’est de la Belgique compte un musée sur l’histoire de l’exploitation du zinc à La Calamine, avec le musée Vieille Montagne, installé dans l’ancienne maison de la direction de la mine. À Recht, c’est le schiste qu’on exploitait, l’Ardoisière vous attend tous les jours, sauf lundi, de 10 à 17 h pour une plongée de 90 minutes dans les galeries où règne une température constante de 7°. Au retour, la visite du musée s’impose. (schieferstollen-recht.be/fr)

7. Durant cette période de fin d’année, le château de Reinhardstein, à Ovifat, s’anime, avec les week-ends, six visites guidées par jour mais aussi des visites sans guidance, ces dernières avec des contes de Noël racontés en français à 11h, 13h et 15h. mais aussi des animations musicales les samedis à 17h30. La magie des décors de Noël s’y maintiendra jusqu’au 15 janvier 2020.

8. On terminera ce tour d’horizon non loin de là, au Signal de Botrange où la maison du parc naturel accueille jusqu’au 5 janvier le travail photographique de neuf adolescents sur le thème "Des photos en sac à dos" réalisé lors d’un stage estival encadré par une photographe professionnelle, Verena Günther, un guide nature et l’animatrice du gîte Kaleo d’Ovifat. (www.botrange.be/)