Peu à l’aise avec la glisse et parfois envieux de ces gens bien plus agiles que nous qui s’offrent régulièrement un bol d’air en altitude, nous avions hâte de découvrir les joies de la montagne. Et bien que les activités sont de plus en plus variées quand la neige est présente, nous avons tout de même préféré attendre l’été pour cette première expérience à 2000 mètres d’altitude. C’était en août dernier.

Après sept heures de train au départ de Bruxelles en passant par Paris (où une connexion en métro permet de travailler le contraste entre la capitale et la Savoie), Chambéry et Moûtiers Salin Brides-les-Bains, nous avons pu ranger nos ordinateurs et smartphones pour ouvrir de grands yeux sur les merveilles qui nous entouraient.

Tant Pralognan-la-Vanoise, la petite station choisie, que ses habitants gagnent à être connus. Là-bas, tout semble tellement simple. Parfois trop. Comme quand on nous vendait un enchaînement de deux randonnées "faciles" pour notre premier jour complet sur place. Autant vous dire que la nuit suivante fut réparatrice, tant pour nos jambes qui venaient d’avaler 8 heures de marche et environ 800 mètres de dénivelé positif, que pour un cerveau qui n’avait qu’une envie : se ressasser tout ce que nos sens avaient pu capter. Du cri des marmottes aux couleurs du décor (et ce somptueux lac des vaches, à ne surtout pas manquer) en passant par la fraîche odeur du calme et de l’altitude.

Pourtant, que vous soyez sportifs ou pas, rien n’est insurmontable. Le téléphérique du Mont-Bochor peut vous aider à gagner facilement du dénivelé et il y en a ensuite pour tous les goûts. Nos seuls conseils : n’hésitez pas à vous faire accompagner d’un guide (plusieurs randonnées groupées sont organisées chaque jour dans la station, au départ du bureau des guides) pour ne rien rater des différentes merveilles qui vous entourent. Et ne chargez pas trop votre programme quotidien.

Nous avons ainsi adoré recharger les batteries dans l’espace détente du village (spa, massages, etc.) et plus encore aller à la rencontre des alpagistes, aux aurores, pour y prendre le petit-déjeuner le plus bio de notre existence après avoir partagé un morceau de leur quotidien.

Les sportifs aguerris pourront ajouter trail, escalade, rafting et VTT aux randonnées musclées.

Et puis, il y a la randonnée glaciaire. L’énoncé de cette activité pourrait faire penser à une sortie réservée aux montagnards les plus chevronnés mais il n’en est rien. Car partir à l’assaut du col de la Grande Casse (3 096 mètres d’altitude) au départ du refuge du Col de la Vanoise (le plus connu de la région) est accessible à tous, ou presque. Tout bon randonneur, dès l’âge de 10 ans, peut chausser les crampons et découvrir la marche en cordée. À condition toutefois de s’être inscrit au moins trois jours à l’avance.

Les familles trouveront des activités pour petits et grands entre la patinoire olympique (celle des JO d’hiver 1992 d’Albertville), le bowling, l’école du cirque, le mini-golf et les nombreux stages prévus pour les enfants. Et, bien sûr, la découverte de la riche faune locale, notamment lors de la "nocturne aux chamois", une randonnée accompagnée d’un garde forestier dans le parc national de la Vanoise (accolé au parc national italien du Grand-Paradis, ces deux-là formant la surface protégée la plus étendue d’Europe occidentale) qui se termine à la lampe frontale.

Lors de notre passage à Pralognan en août 2019, l’activité la plus prisée des plus jeunes était la découverte des chèvres de Monsieur Sylvain. Audrey et Sylvain y ouvrent les portes de leur alpage pour permettre aux familles d’assister et de participer à la traite. Évidemment, la visite ne peut pas se terminer sans une dégustation. En l’occurrence, de la "tomme de Chavière". Mais si cette activité devrait bien sûr rester "à la carte", d’autres l’ont rejointe pour cet été 2020 puisque, comme toute station qui se respecte, Pralognan sait se renouveler pour veiller à ce que le charme continue à opérer sur les habitués des lieux. De quoi pérenniser l’ambiance familiale qui règne sur place.

Car à Pralognan-la-Vanoise, comme au camping des Flots Bleus rendu célèbre par Franc Dubosc, tout le monde se connaît. Et lorsque vous vous présentez à l’office du tourisme pour y glaner quelques conseils, Valérie et son équipe ont vite fait de retenir votre nom et votre visage pour vous demander, le lendemain ou le surlendemain, à la boulangerie du coin si les activités conseillées se sont bien déroulées. Une proximité qui participe pleinement au dépaysement recherché.

Sans que ce petit coin de paradis ne compte un "revers de la médaille", à l’exception peut-être d’une route bloquée par un glissement de terrain durant une paire d’heures (telle était l’unique menace qui régnait sur Pralognan l’été dernier, celle-là même qui avait amputé une étape du Tour de France de quelques kilomètres). On en veut pour preuve les aménagements prévus pour les personnes en situation de handicap, notamment dans la vallée du Prioux. Jusqu’à la possibilité de louer des FTT (fauteuils tout terrain) pour les randonnées ou encore un fauteuil 4x4 tandem fourni avec… son pilote, pour offrir des descentes en douceur.

5 bonnes raisons de se rendre à Pralognan-la-Valoise

1. Le dépaysement

Bien sûr, c’est un argument qui vaut pour toutes les vacances. Par contre, il est plus rare d’obtenir un tel dépaysement à seulement quelques heures de train ou de voiture de la Belgique. La Savoie, en été, c’est l’occasion de prendre un vrai bol d’air (frais, grâce à l’altitude, ce qui permet aussi d’échapper aux éventuelles fortes chaleurs de la vallée) et de se déconnecter du quotidien sans aller au bout du monde. Donc sans trop alourdir le bilan carbone de ceux qui s’en soucient, et ils sont de plus en plus nombreux.

2. La nature

Le parc national de la Vanoise aura vite fait de vous connecter à la nature. Mieux, de vous responsabiliser vis-à-vis de ce qui vous entoure. Vous ferez régulièrement face à des consignes qui veillent à ce que chacun respecte cet espace protégé. Le parc a été créé dès 1963 (le premier de France) pour sauver le bouquetin, qui était alors en voie de disparition dans la région. Bouquetin, campagnol des neiges, chamois, loup, lynx boréal, marmotte, aigle royal, grand-duc et bien d’autres espèces peuvent y être observées.

3. De bons gueuletons

La montagne en été, c’est un prétexte rêvé pour s’offrir une bonne tartiflette à une période de l’année où elle commence à nous manquer. C’est aussi un bon moyen d’aller à la rencontre des alpagistes (dont les troupeaux ne sont présents qu’à partir du mois de mai ou juin) et d’y goûter leurs produits. Dans tous les cas, vos papilles seront ravies d’avoir fait le déplacement.

4. Faire des découvertes

La variété des activités disponibles sur place devrait permettre à tout un chacun de tester de nouvelles choses. Même les plus aventureux pourront innover, du côté de "Pralo". Et si vous êtes en famille, quoi de mieux que la montagne en été pour faire découvrir des choses à vos enfants ?

5. Le sport

Qu’ils soient du dimanche ou aguerris, les sportifs trouveront leur compte à Pralognan-la-Vanoise. Des balades les plus faciles aux trails les plus fous, tout est possible pour digérer/éliminer les calories avalées dans les produits frais de la région. Pour ceux qui suivent un vrai programme d’entraînement, faire un détour entre 2 000 et 3 000 mètres d’altitude pour y préparer son organisme est toujours un plus. Et surtout l’occasion de casser la routine des séances en Belgique, en mêlant vacances et préparation physique.