Les 19 et 20 janvier, les anniversaires ronds seront fêtés au sein de la famille royale de Bulgarie. Le roi Siméon (1937) et la reine Margarita (1935) célébreront leurs noces de diamant à savoir 60 ans de mariage et leur fille unique la princesse Kalina ses 50 ans.

Ceux qui ont côtoyé un jour le couple royal en gardent tous un souvenir de deux personnes d’une exquise éducation, d’une grande empathie, d’une profonde gentillesse et pour le roi d’une vie entièrement consacrée à sa destinée royale.

Siméon a vu le jour à Sofia en 1937, il est le second enfant du roi Boris III et de la reine Jeanne, née princesse de Savoie. Il n’a que 5 ans lorsque son père décède inopinément après avoir eu un entretien avec Hitler. L’ombre d’un empoisonnement planera toujours mais le monarque s’épuisait aussi en pleine guerre à protéger son pays, consacrant d’interminables heures au travail, le menant à l’épuisement physique. Siméon devient roi d’un royaume en pleine tourmente et déjà convoité par les Russes. C’est son oncle le prince Kyril qui assure la régence jusqu’à son exécution en février 1945 suite à un procès digne de celui de Marie-Antoinette.

Siméon, sa sœur Marie-Louise et leur mère la reine Jeanne reçurent enfin l’autorisation de quitter le pays en 1946 après un référendum rejetant la monarchie. La famille s’installe en Egypte, au Portugal puis en Espagne. Il n’y a guère d’espoir pendant de longues années de revenir un jour en Bulgarie, le pays étant l’un des plus cadenassés du bloc de l’Est.

Le 20 janvier 1962 à Lausanne, le roi Siméon de Bulgarie épouse la charmante Margarita Gomez-Acebo dont les parents le marquis et marquise de Cortina ont été exécutés lors de la guerre civile espagnole alors qu’elle n’avait que deux ans. De cette union heureuse sont nés cinq enfants : Kardam (1962-2015), Kirill (1964), Kubrat (1965), Konstantin (1967) et Kalina (1972). La famille était établie à Madrid. Le roi tout en maintenant le contact avec la diaspora, mena avec brio ses affaires. Parmi ses amis les plus proches : le roi Juan Carlos d’Espagne et le roi Hassan II du Maroc.

Après la chute du mur de Berlin et l’effondrement du joug soviétique, Siméon entend apporter toute sa force et son dynamisme pour relancer le pays. Il est élu Premier ministre en 2001 jusqu’en 2005. L’enthousiasme qu’il avait soulevé, s’est estompé à mesure des décisions prises pour redresser l’économie obsolète du pays.

En 2015, le couple royal a eu la douleur de perdre son fils aîné le prince Kardam après des années de semi-coma des suites d’un accident de voiture. Siméon, toujours suivi par son épouse, a fait le choix de revenir s’installer en Bulgarie. Il a pu récupérer des biens privés de la famille royale mais un bras de fer l’a ensuite opposé aux autorités qui entendaient exproprier et/ou récupérer ses biens. Après des années d’âpre bataille, le roi a obtenu gain de cause.

Leur fille unique la princesse Kalina, probablement la plus bulgare de la fratrie, est à présent installée auprès d’eux avec son époux l’explorateur et ambassadeur de l’Unesco Kitin Munoz et leur fils le prince Siméon-Hassan qui parle couramment l’espagnol, le français, le bulgare, l’anglais et l’arabe.

Heureux grands-parents de onze petits-enfants, ils comptent parmi eux un médecin, un chirurgien, une chanteuse, un designer ou encore un physicien. À l’instar de leurs enfants, le roi Siméon et la reine Margarita avaient toujours poussé pour qu’ils entreprennent de solides études pour pouvoir être pleinement autonomes.

En 2014, le roi Siméon a rédigé ses mémoires "Un destin singulier" où il narre avec la modestie et l’humilité qui le caractérisent, ce parcours de vie à travers l’Histoire. Un parcours de vie au cours duquel l’aimante présence de la reine Margarita a été un pilier essentiel.