Magazine

Le "Galentine's Day", alternative à la Saint-Valentin inspirée d'une série télévisée, a de plus en plus d'adeptes parmi les femmes américaines, qui aiment à se retrouver entre elles chaque année à la veille de la fête des amoureux.


Un repas entre copines, un cours de cuisine collectif, une soirée à la maison avec ballons roses et paillettes: voilà autant de façons de fêter le "Galentine's Day". Mais c'est aussi une manière de mettre en avant la solidarité entre femmes.

Pied de nez

Tout est parti en 2010 d'un épisode de la série "Parks and Recreation", dans lequel l'héroïne, Leslie Knope, interprétée par Amy Poehler, organise un brunch chez elle le 13 février avec ses meilleures amies. Il s'agit pour elle de faire un pied de nez à la sacrosainte Saint-Valentin ("Valentine's Day" en anglais), avec l'idée que l'amitié vaut autant d'être célébrée que l'amour.

"Les femmes grandissent avec cet imaginaire du grand amour romantique, et ce qu'être amoureux représente", relève Olivia Dillingham, consultante en marketing à New York. "Cela contribue à les faire se sentir indignes et incapables lorsqu'elles n'ont personne avec qui aller dîner pour la Saint-Valentin". Alors, l'idée de "Parks and Recreation" a fait du chemin. Ce qui a commencé comme une gentille provocation s'est progressivement installé dans certains milieux américains, et les marques l'ont bien compris.

On trouve désormais cartes, verres de vin, bougies et gâteaux estampillés "Galentine's Day". Bars et restaurants organisent "happy hours" et fêtes dédiées. Et des magasins de vêtement font des soldes pour l'occasion. A Washington, l'hôtel de luxe St. Regis propose ce 13 février un "afternoon tea" avec vente exceptionnelle de bijoux. "Nous avons rendu ça un peu ludique, avec plein de couleurs féminines", confie Heather Dobson, chef pâtissière de l'hôtel, en montrant ses créations sucrées décorées de coeurs en chocolat et de pétales de rose.

"Une bonne excuse" 

Seul un Américain sur deux compte célébrer la Saint-Valentin 2019, selon la Fédération nationale du commerce, soit un recul de 10% au cours de la dernière décennie. Alors qu'à en croire une étude du NPD Group, les ventes liées au "Galentine's Day" devraient elles croître de 20% ces trois prochaines années.

Mais pour ses adeptes, cette nouvelle célébration va au-delà de sa simple dimension superficielle et commerciale. "Ca a commencé de façon très légère", reconnaît Riya Patel, une analyste de 22 ans basée à Washington. Mais "il ne s'agit plus seulement de célébrer ses amies. C'est une journée pour penser à ceux qui comptent dans votre vie". "C'est vraiment une question d'émancipation des femmes et d'entraide", renchérit Sara Phillips, une créatrice de parfums de 37 ans.

© UNSPLASH

Lors de la soirée de "Galentine's Day" organisée chez elle l'an dernier, la New-Yorkaise Olivia Dillingham et ses amies se sont jeté des "sorts" pour trouver l'amour, se sont offert des fleurs et ont échangé des compliments. "Il est tellement important d'avoir du soutien autour de soi", souligne la jeune femme de 24 ans. "Et c'est aussi une bonne excuse pour se retrouver entre copines."

Pour Riya Patel, la particularité du "Galentine's Day" est bien de "célébrer la façon dont on se soutient les unes les autres".