Magazine

Rester assis a des effets néfastes pour la santé. le constater, c'est bien mais que faire pour changer cet état de fait généralisé dans le secteur professionnel ? Une étude fait le point.


Le fait de rester assis de longues heures durant a été associé à des effets néfastes sur la santé qui ne peuvent être neutralisés que très légèrement par l'exercice physique, une nouvelle étude laisse penser que la solution pour garder la forme serait d'essayer de limiter le temps que l'on passe assis, et non de rallonger ses séances à la salle de sport.

Dans leur étude, qui se présente comme la première en date à explorer les stratégies à adopter pour faire face à un problème de santé en progression, l’équipe de chercheurs a travaillé à partir de données concernant 38 essais contrôlés précédemment réalisés. Il ressort que 60% des essais, 23 au total, sont prometteurs, contrairement au 40% restant.

Parmi les initiatives les plus efficaces, on note les bons résultats des bureaux assis-debout auprès des salariés, mais aussi le fait d’encourager les personnes à prendre note du temps passé assis et de se fixer des objectifs personnels de réduction de sédentarité en utilisant par exemple des rappels sonores pour se faire alerter qu’il est temps de prendre une pause et de se lever.

"Il n’est pas suffisant de faire de l’exercice 30 minutes par jour et de rester sédentaire pendant 23h30"

Toutes ces méthodes ont prouvé leur efficacité, même de façon indépendante les unes des autres, alors qu'aucune d'entre elles n’encourage les personnes à faire de l’exercice physique. D’autres méthodes ont aussi montré des effets positifs, comme celle qui consistait à informer les sujets des effets positifs sur le santé du fait de limiter le temps que l’on passe assis. "L’importance de cette étude n’est pas de montrer que les interventions peuvent fonctionner, mais de souligner comment elles pourraient fonctionner", commente le co-auteur Stuart Biddle de l’Université de Victoria en Australie.

Après avoir terminé ses recherches, l’équipe recommande de considérer le temps passé assis comme une action indépendante du besoin de faire plus d’exercice physique. Même s’ils espèrent que les autorités sanitaires s’empareront de ces résultats, les chercheurs conseillent que tout un chacun commence à appréhender le problème de cette manière.

Cette étude parue dans la revue Health Psychology Review vient étayer les résultats de recherches précédentes relayées en début d’année qui soulignaient que les périodes sédentaires prolongées pouvaient causer d’importants risques pour la santé, même chez les personnes sportives. "Eviter les périodes de sédentarité et la pratique d’une activité sportive régulière sont deux choses importantes pour améliorer votre santé et votre survie", avait expliqué le Dr Alter, de l’University Health Network (UHN). Et d’ajouter, "il n’est pas suffisant de faire de l’exercice 30 minutes par jour et de rester sédentaire pendant 23h30".